1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons

Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons

07/11/2018 - 10:25 - Sicavonline - Arnaud Riverain - Greensome Finance (mis à jour le : 12/11/2018 - 15:43)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons

Arnaud Riverain, associé gérant de GreenSome Finance, analyse les raisons d'un mois d'octobre meurtrier pour les Small Caps.

La nouveauté d'octobre : moins de visibilité du côté des entreprises


Les thèmes qui commençaient à cristalliser les tensions en septembre ont été toujours très présents en octobre, à savoir la guerre commerciale sino-américaine, les incertitudes sur la vitesse de relèvement des taux de la Fed, le bras de fer entre Bruxelles et Rome, le Brexit et les craintes d'un ralentissement économique mondial plus marqué qu'escompté. L'ensemble de ces éléments macro-économiques a poussé le marché à rechercher la liquidité et donc à alléger les Small & Mid. Le fait nouveau d'octobre est la moindre visibilité offerte par les entreprises avec de nombreux abaissements d'objectifs. Aussi, les entreprises semblent commencer à être touchées par ces multiples tensions. Il n'en fallait pas plus pour faire dévisser l'ensemble du marché de la Large à la Small.  

Les sanctions à la moindre déception ont été extrêmement violentes avec des baisses pouvant dépasser les 20% en une séance. Le sentiment d'un pseudo manque de visibilité a poussé les investisseurs à délaisser encore un peu plus les Small du fait de leur moindre liquidité mais aussi en raison d'une exposition plus forte au marché européen qui présente désormais quelques signes pouvant en inquiéter certains alors que jusque-là cette exposition était un de leurs atouts. 

Ce mois d'octobre a ainsi été le pire mois sur les 6 dernières années pour les Small. Pour les Large c'est un peu mieux, il faut remonter à août 2015 pour observer une baisse plus forte. D'ailleurs, on peut dire merci au dernier jour d'octobre au cours duquel le CAC a repris plus de 2% et sauvé les 5 000 points. 

 

 

Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons

 

 

Consensus : 

Les révisions à la baisse qui avaient été sévères depuis juillet se sont poursuivies dans une moindre mesure en octobre avec la fin des publications des semestriels et le début des trimestriels. On s'éloigne doucement mais surement du consensus habituel de début d'année qui est d'attendre pour le CAC 40 une hausse des BPA d'environ 10%. Certes, l'an dernier on y était, chose suffisamment rare pour le noter, mais cette fois cela semble compromis. En effet, les élections « mid terms » aux USA ont amené  quelques nuages qui semblent vouloir s'installer et qui devrait pousser les acteurs du marché à poursuivre encore un peu leurs ajustements à la baisse.

 

 

Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons

 

 

Valorisation : 

La forte baisse des indices associée à une révision moindre des estimations de bénéfices nous fait revenir sur des niveaux que nous n'avions pas observés depuis fort longtemps. En effet, nous revenons tutoyer les moyennes historiques. Si tel est le cas, c'est qu'un certain nombre de valeurs affichent des niveaux très éloignés de leurs fondamentaux et donc que des perspectives de positionnement à bon compte se présentent, sauf krach majeur mais là, il faudrait plutôt se tourner vers Madame Irma…

 

 

Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons

 

 

Conclusion : 

Nous sommes assez circonspects quant à la réaction du marché qui nous semble excessive. Certes cela fait longtemps que nous évoquons un « pricing » un peu élevé mais de là à parfois entrer dans un jeu de massacre il y a un gouffre et cela d'autant plus que les éléments évoqués en introduction ne sont pas nouveaux. Les cartes ne sont pas redistribuées depuis l'été. La perspective de la hausse des taux ne date pas d'hier et est d'ailleurs plutôt une bonne chose sur le fonds car 1/ cela traduit que les acteurs du monde réel sont capables de recréer par eux-mêmes de la richesse et 2/ cela redonne des cartouches aux banques centrales en cas de nouvel accident.

A moins que nous restions concentrés sur l'arbre et donc que nous ne voyons pas la forêt, la réaction du marché est exagérée avec de nombreuses valeurs ayant retrouvé leur niveau d'il y a 3, 4 ans voire plus alors que leur activité a parfois fait plus que doubler et que leurs fondamentaux demeurent solides. Alors oui, des doutes s'installent mais la base est à peu près saine. 

En fait, le marché a peut-être peur de la fin des liquidités gratuites et réalise à peine que c'est vraiment pour demain bien qu'on le lui dise depuis un certain temps. Le marché va devoir revenir à certaines habitudes où l'inflation redevient un indicateur à surveiller même si, du moins pour l'Europe, cette dernière est encore beaucoup « drivée » par le pétrole et pas assez par l'activité en tant que telle. Nous sommes encore loin de revoir des taux à 5%. Il y a donc de la marge avant d'avoir vraiment peur. 

Nous sommes donc là dans un phénomène d'exagération et pas dans un « hard selling » comme on l'a connu en 2007-2008. Les Small sous performent aussi car elles avaient beaucoup d'avance. On assiste donc à des prises de bénéfices logiques dans un contexte où l'on se cherche. Finalement c'est une bonne chose car cela va offrir de belles opportunités alors que jusque-là il était difficile d'en trouver. 

 

Arnaud Riverain

Associé Gérant

GreenSome Finance

 

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



Gestion Conseillée : Faites-vous aider pour choisir vos SICAV et FCP

Profitez d'un conseiller dédié pour vous accompagner dans la gestion de votre portefeuille. Bénéficiez de conseils sur une large gamme de supports tout en restant le décisionnaire final. Offre accessible dès 25 000€*.

*A partir de 25 000€ d'avoirs financiers investis par l'intermédiaire de Sicavonline


A lire autour du sujet "Octobre fidèle à sa réputation mais peut-être pas pour les bonnes raisons" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+10.8%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 900 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 24 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit