1. Accueil
  2. >
  3. S'informer
  4. >
  5. Actualités financières
  6. >
  7. Assurance vie
  8. >
  9. Ordre de bourse : petit guide à l'usage de l'investisseur amateur

Ordre de bourse : petit guide à l'usage de l'investisseur amateur

07/02/2022 - 19:07 - Sicavonline - Synapses



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline



Ordre de bourse : petit guide à l'usage de l'investisseur amateur

Négocier l’achat et la vente de titres sur les marchés boursiers nécessite le passage d’un ordre de bourse. Effectuée en ligne, par écrit ou encore par téléphone, cette opération obéit à des règles spécifiques qu’un investisseur ne peut ignorer s’il souhaite qu’elle soit correctement exécutée. Quels sont les principaux points d’attention pour éviter de commettre des bévues potentiellement onéreuses ?

Comment passer un ordre en Bourse sans se tromper

S'il sont encore majoritairement réfractaires à la prise de risque dès lors qu'il est question d'investissement, la proportion d'épargnants se disant prêts à placer une fraction de leurs économies sur les marchés actions progresse. D'après une enquête réalisée pour le compte de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF), le pourcentage d'épargnants déclarant avoir l'intention de réaliser un placement en actions à plus ou moins long terme est passé de 28 % en 2019 à 35 % en 2021 et plus ils sont jeunes, plus ils semblent disposés à se lancer. Les résultats du baromètre AMF 2021 de l'épargne et de l'investissement font ressortir que 49% des moins de 35 ans sont disposés à investir sur les marchés boursiers et ce chiffre bondit à 58% chez les moins de 25 ans.

Cependant qu'il est devenu relativement aisé d'investir en bourse grâce aux nombreuses solutions en ligne, placer de l'argent sur les marchés n'est pas un jeu. Cette opération exige bien au contraire discipline et vigilance.
Au-delà des soubresauts des marchés et du choix de ses investissements, se lancer en bourse suppose de s'adonner aux joies du passage d'un ordre. L'activité requiert une certaine rigueur et a minima toute l'attention de l'investisseur tant sur le plan de la sélection du type d'ordre que sur la rédaction de cet ordre.

Après l'ouverture d'un compte adéquat, compte-titres ou plan d'épargne en actions (PEA), auprès d'un intermédiaire financier, l'investisseur est prêt à passer à l'action. Pour pouvoir procéder à des achats et à des ventes de titres sur marchés boursiers, l'investisseur doit transmettre via son intermédiaire un ordre de bourse, qui consiste à informer les autres acteurs qu'il souhaite acheter ou vendre un titre. Pour chaque actions, il peut alors consulter un carnet d'ordre regroupant les opérations en cours ainsi que les prix d'achat et de vente proposés par les autres investisseurs à un instant donné. A la suite de cette indispensable consultation, l'investisseur est en capacité de se positionner et de choisir le type d'ordre adéquat parmi ceux qui lui sont proposés.

Déterminer l'ordre de bourse le mieux adapté à son objectif

Chaque catégorie d'ordre de bourse possède des caractéristiques propres. Chaque typologie d'ordre conditionne les modalités de réalisation de l'opération, en particulier son coût. Dès lors, opter pour la catégorie d'ordre ad hoc adéquate se révèle capital.

L'ordre « à cours limité »

L'investisseur fixe un prix d'achat maximum ou un prix de vente minimum lui assurant une totale maîtrise du coût de l'opération. Selon l'AMF, c'est l'ordre de bourse «  le plus simple et le plus sûr » tout en soulignant que l'ordre à cours limité ne permet pas de « garantir que l'opération sera exécutée ».

Exemple : un ordre d'achat à cours limité de 57 € implique qu'au-dessus de ce seuil, l'ordre ne sera pas exécuté, mais dès que la valeur atteindra 57 € ou moins il le sera, en principe. Pour un ordre de vente à cours limité à 57 €, tant que le cours sera inférieur à 57 € il ne sera pas exécuté, et dès que la valeur atteindra ce seuil ou plus il le sera, en principe.

L'ordre « au marché »

Au contraire de l'ordre à cours limité, l'ordre au marché (ex ordre à tout prix) ne fixe aucune limite de prix mais est exécuté en priorité, quel que soit le cours auquel cote le titre, dès lors que d'autres investisseurs sont disposés à vendre ou à acheter. Les valeurs seront achetées ou vendues en fonction de l'offre et de la demande au moment où l'ordre est passé. Il peut être exécuté à différents niveaux de prix successifs et au maximum des quantités disponibles sur le marché lorsqu'il est présenté. Les titres peuvent être achetés à un cours très supérieur au cours de clôture de la séance ou bien être vendus à un cours bien inférieur, mais en contrepartie le donneur d'ordre est quasiment assuré de voir son ordre exécuté en totalité. Ce type d'ordre est réservé à ceux qui souhaitent acheter ou vendre dans un délai assez court quel que soit le prix du ou des titres.
Lorsqu'un ordre est passé sans indication, c'est alors l'ordre au marché qui est appliqué par défaut.

Exemple : Un acheteur souhaite se porter acquéreur à tous prix de 100 actions D. Dans le carnet d'ordre, les meilleurs prix fixés par les vendeurs sont 50 titres à 125 € et 700 titres à 127 €. L'ordre sera exécuté de la manière suivante : 50 titres à 125 € et 50 titres à 127 €.

L'ordre à la meilleure limite

Connu par le passé sous l'appellation d'ordre « au prix du marché », l'ordre à la meilleure limite pourrait facilement être confondu avec l'actuel ordre au marché. A l'identique de ce dernier, il ne comporte pas d'indication de prix, mais sera exécuté à la meilleure limite du marché (à la meilleure limite des ordres passés en sens opposé). Cet ordre à manier avec beaucoup de précaution doit être réservé à des opérations sur des titres extrêmement liquides.

Exemple : un investisseur souhaite se porter acquéreur d'actions de la société V et passe à cet effet un ordre d'achat de 100 titres « à la meilleure limite » à 17h07. A cet instant, la meilleure offre de vente est de 51 €, l'ordre est exécuté à 51 €. L'ordre est exécuté mais pour seulement 10 titres à 51 € (quantité et prix de la meilleure offre disponible au moment du passage d'ordre) et il reste alors affiché pour 90 titres demandés à 51 € sur la feuille de marché.

Eléments nécessaires à la rédaction consciencieuse d'un ordre de bourse

Une fois la catégorie d'ordre retenue, l'investisseur procède à sa rédaction. La validité d'un ordre de bourse exige le report de plusieurs informations. Quelles sont les informations à indiquer, en dehors de son type, pour qu'un ordre soit exécuté correctement ?

Un ordre de bourse doit impérativement contenir les informations suivantes :
    Le sens de l'opération (achat ou vente)
    Le libellé et, le cas échéant, le code de la valeur ou du fond (code ISIN ou mnémonique)
    La nature du titre (action, obligation…)
    La place et le marché de cotation
    La quantité de titres à négocier (nombre de titres proposés ou demandés)
    La durée de validité de l'ordre
    Le mode de règlement (au comptant ou SRD)

La plupart des ordres de bourse sont aujourd'hui réalisés en ligne, ce qui facilite grandement la tâche des investisseurs, mais qui évidemment ne les dispensent pas de se montrer attentifs. Quels sont les principaux points d'attention à avoir en tête lors de la rédaction d'un passage d'ordre ?

Validité de l'ordre de bourse

La validité d'un ordre permet de définir la durée pendant laquelle un ordre restera exécutable. Un ordre peut être valable de son passage à la clôture de séance ou pour une durée plus longue.

Quelles sont les différentes durées de validité d'un passage d'ordre ?

Ordre « jour » : l'ordre ne sera exécutable que lors de la séance en cours et sera retiré du marché s'il n'a pas été exécuté lors de cette séance.

Ordre « à date déterminée » : sauf exécution ou révocation par le donneur d'ordre, ces ordres resteront présents jusqu'au jour indiqué, sans que ce délai puisse excéder un an.

Ordre « à révocation » : l'ordre est valide jusqu'au terme maximal fixé par l'intermédiaire financier. En principe cet ordre reste valable une année glissante (365 jours). Attention c'est ce que tolère le système de cotation d'Euronext, mais les intermédiaires peuvent prendre d'autres dispositions et imposer des délais plus courts. Pour de nombreux intermédiaires, l'ordre à révocation est valable jusqu'à la fin du mois boursier pour les valeurs réglées au comptant et jusqu'au jour de la liquidation pour les ordres à service de règlement différé (SRD).

D'autres durées peuvent être indiquées, fin de semaine, fin de mois…

Enfin, lorsque l'ordre ne contient pas d'indication sur sa durée de validité, il est en principe considéré comme un ordre jour.

À noter : les critères de validité sont fixés par l'intermédiaire financier et peuvent varier de l'un à l'autre. Ces critères doivent figurer dans la convention de compte et doivent être consultés avant de passer un ordre.
Exécution de l'ordre de bourse

Une fois l'ordre exécuté, le donneur d'ordre reçoit un avis d'opéré ou d'exécution. Cet avis récapitule l'opération, le cours d'exécution, les frais, la date et le nom de l'intermédiaire, le montant brut et net... et permet de s'assurer de la bonne exécution de l'ordre et de sa conformité avec les indications transmises. Si l'ordre a été mal exécuté, une réclamation doit être formulée à son intermédiaire dans les plus brefs délais.

Les modes de règlement

En Bourse, les titres se négocient généralement au comptant. Le vendeur s'engage à livrer les titres et l'acheteur à en payer le prix dès l'exécution de l'ordre. Certaines valeurs sont toutefois éligibles au service de règlement différé (SRD). Ce service payant permet de différer le dénouement des transactions à la fin du mois boursier. Le règlement et la livraison des titres sont alors différés à la fin du mois, la liquidation intervient ainsi cinq jours avant la fin du mois. En contrepartie, le donneur d'ordre est, en principe, tenu de déposer, en espèces ou en titres, une couverture financière correspondant à une fraction de ses engagements sur le marché.

Les frais de courtage

Reste à aborder la question des frais. Sauf exception, passer des ordres n'est pas gratuit. Les frais de courtage, variables d'un intermédiaire à un autre, peuvent être fixes ou proportionnels au montant de la transaction. L'usage du SRD entraînera un surcoût.

© Synapse. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapse font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Ordre de bourse : petit guide à l'usage de l'investisseur amateur" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 400 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

Investir avec Sicavonline

Souscription sicavonline

Souscription en ligne

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagner en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

Des frais réduits

Nos équipes négocient avec les sociétés de gestion des frais réduits.
        

Contacter Sicavonline

Des professionnels
à votre écoute

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi : 0 805 09 09 09 (appel gratuit)