1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Bourse : la zone euro est-elle menacée par une déflation à la japonaise ?

Bourse : la zone euro est-elle menacée par une déflation à la japonaise ?

19/03/2013 - 17:16 - Sicavonline - Ad van Tiggelen (ING Investment Management)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Bourse : la zone euro est-elle menacée par une déflation à la japonaise ?

Japon et zone euro ne sont peut-être pas aussi éloignés qu'il n'y paraît. Pour Ad van Tiggelen, stratégiste senior chez ING Investment Management, la zone euro pourrait connaître le même scénario que le Japon, à base de déflation sans fin et de croissance économique atone. La Banque Centrale Européenne (BCE) aura-t-elle le courage de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour éviter à tout prix une déflation aux conséquences ravageuses pour l'économie ?

« Pour de nombreux investisseurs, la seule pensée que le Japon puisse servir de modèle est ridicule. Pourtant, une analyse de l'impact de la démographie et de la politique du Japon sur ses marchés financiers aurait procuré de précieux enseignements aux investisseurs européens. L'Europe sera en effet la prochaine région à être confrontée aux effets du vieillissement de sa population. Que pouvons-nous apprendre de l'expérience japonaise?

Il y a près d'un an, j'avais déjà écrit un article sur le sujet. À l'époque, j'avais avancé que le rapide vieillissement de la population et les politiques monétaires relativement modérées tant du Japon que de la zone euro étaient susceptibles de maintenir les rendements obligataires de ces deux régions à un faible niveau pendant une période prolongée. J'avais également conclu que dans les deux régions, les actions des sociétés affichant une diversification mondiale et un modèle d'entreprise défensif performeraient probablement mieux que celles des sociétés axées sur le marché domestique. À cet égard, il est gratifiant de constater qu'au cours des 12 derniers mois, les soins de santé et le secteur de l'alimentation, des boissons et du tabac ont été les secteurs les plus performants sur les marchés d'actions européens. La performance d'une seule année n'est guère significative, mais ceci entre dans le cadre d'une tendance qui pourrait se poursuivre à long terme, étant donné que la croissance des bénéfices va devenir une denrée rare dans le monde développé affichant une faible croissance du PIB nominal.

Les développements historiques au Japon soutiennent cette vue. Depuis 1993, un indice des grandes sociétés non financières japonaises incluant les principaux exportateurs a performé nettement mieux que l'indice Nikkei ou un indice de petites capitalisations axées sur le marché domestique. Investir dans les sociétés exportatrices japonaises aurait en fait généré un rendement absolu positif durant cette période de 20 ans, alors que l'indice Nikkei s'est replié de 30%. En réalité, le raisonnement est très simple : il est payant d'investir dans les sociétés exportant vers les États-Unis et les marchés émergents, où la population est plus jeune et où, dans certains cas, la banque centrale est davantage encline à activer la presse à billets. Une population plus jeune doit encore investir en logements neufs, en voitures, etc., alors qu'une population plus âgée dépense moins et préfère épargner dans la crainte d'une érosion des pensions légales.

Bien sûr, il y a également d'importantes différences entre le Japon et la zone euro. L'une d'entre elles est le manque d'homogénéité au sein de cette dernière. Ceci a récemment été confirmé par l'évolution divergente de ses États membres. Alors que l'Allemagne reste une locomotive économique, Chypre est au bord de la faillite. Tandis que l'Espagne et la Grèce affichent des signes prometteurs de redressement de leur compétitivité, l'Italie fait un pas en arrière avec le résultat de ses élections. Jusqu'à présent, la BCE a réagi de façon crédible en se positionnant comme bailleur de fonds en dernier ressort et en servant en quelque sorte de « colle » maintenant les différentes parties de la zone euro. Cette approche basée sur un « filet de sécurité » sera-t-elle toutefois suffisante?

À cet égard, il est à nouveau intéressant de se tourner vers le Japon, où la banque centrale qui vient de changer de président a désormais l'intention de lutter contre la déflation par le biais d'une utilisation très libérale de la presse à billets, ce qui constitue une véritable rupture avec le passé. Contrairement au Japon, la zone euro connaît toujours une inflation. Pour l'instant, cette inflation résulte essentiellement des relèvements des taxes par les gouvernements prônant l'austérité. Ceci est probablement un phénomène temporaire car il n'est pas possible de relever la TVA chaque année. Récemment, l'inflation de la zone euro est déjà redescendue à 1,8%. Une poursuite de ce repli est très probable. On peut dès lors se demander si le Japon ne pourrait pas servir de modèle. La BCE devra-t-elle en faire plus pour stimuler l'économie? Nous ne serions certainement pas surpris si cela devait être le cas.»

Ad van Tiggelen, stratégiste senior chez ING Investment Management

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



SCPI à crédit : Constituez-vous un patrimoine immobilier avec un faible capital de départ

Les taux d'intérêt sont historiquement bas. Profitez-en pour investir dans l'immobilier et financez une partie de votre crédit grâce aux revenus potentiels de la SCPI1.

1Le souscripteur ne doit pas tenir compte exclusivement des revenus provenant de la SCPI, compte tenu de leur caractère aléatoire, pour faire face à ses obligations de remboursement.


A lire autour du sujet "Bourse : la zone euro est-elle menacée par une déflation à la japonaise ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.8%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 4 900 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 24 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit