1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Actions nipponnes : vers un retour du stock picking ?

Actions nipponnes : vers un retour du stock picking ?

22/07/2013 - 18:02 - Sicavonline - David Shairp - J.P. Morgan AM



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Actions nipponnes : vers un retour du stock picking ?

Conformément aux attentes, le Parti Démocratique Libéral du premier ministre nippon Shinzo Abe a largement remporté les élections sénatoriales du 21 juillet. Le gouvernement nippon dispose désormais de toute la latitude nécessaire à la mise en œuvre des réformes structurelles annoncées dans le cadre des « Abenomics ». Dans ce contexte, quelle stratégie les investisseurs devraient-ils adopter ? David Shairp, Stratégiste chez J.P. Morgan AM, se prononce sur les facteurs qui présideront aux mouvements des marchés nippons dans les mois à venir.

Après les élections de la Chambre haute, quelle orientation le Japon va-t-il adopter ?

Le présent commentaire a été rédigé le vendredi précédant les élections à la Chambre haute qui vont se dérouler le 21 juillet, mais nous estimons qu'elles devraient se traduire par une ample victoire de la coalition au pouvoir. En effet, arithmétiquement, le défi est relativement modeste : sur les 121 sièges en jeu aux élections de dimanche, il suffit au LDP et au New Komeito, partis associés, de remporter 64 sièges pour assurer à leur coalition une majorité simple; si le LDP remportait 72 sièges, il deviendrait majoritaire à lui seul. Le LDP a réussi à s'assurer une majorité très large à la Chambre basse en décembre dernier et l'administration Abe continue à bénéficier d'une cote très élevée dans les sondages d'opinion, le seul enjeu des élections de dimanche est l'importance de la majorité que détiendra la coalition. Pour le marché des actions et le processus politique dans son ensemble, une victoire de Shinzo Abe à la Chambre haute est importante dans la mesure où elle donnerait au gouvernement le contrôle des deux chambres pour la première fois depuis 2007. Cette situation devrait permettre à la coalition au pouvoir de faire voter ses projets de loi plus facilement que ses récents prédécesseurs et de lui permettre de mettre en œuvre les mesures les plus controversées de sa promesse de stratégie de croissance - concernant la fiscalité, le commerce extérieur et le nucléaire. En même temps, le contrôle simultané des deux chambres devrait garantir à M. Abe une pérennité tellement nécessaire et mettre un terme à la valse des gouvernements : sept administrations différentes se sont succédées au cours de ces sept dernières années.

Dans ces conditions, que pouvons-nous désormais attendre de l'administration Abe ? En supposant qu'elle obtienne la majorité requise, la coalition va consacrer l'essentiel de son énergie à la mise en place des propositions figurant dans sa stratégie de croissance. Parmi les sujets clés :

-Une décision finale doit être prise sur la taxe sur la consommation prévue à partir de d'avril 2014. Compte tenu du momentum actuel de l'économie, il est presque certain qu'elle sera mise en place.

-La Commission budgétaire du LDP va commencer à délibérer sur les réformes fiscales du budget 2014, qui se concentreront probablement sur les incitations destinées à favoriser le développement des investissements. Si une baisse généralisée de l'impôt sur les bénéfices des entreprises a été évoquée, il est peu probable qu'elle soit mise en application sans une forme de compensation pour les recettes fiscales.

-Le Japon est sur le point de rejoindre les négociations commerciales sur le Partenariat trans-Pacifique, qui vont mettre sous pression le naturel protectionniste du LDP envers son lobby agricole. Ce sera un important indicateur sur l'authenticité du réformisme économique de M. Abe - en plaçant face à face son souhait de droits de douanes plus faibles sur les exportations et son désir de préserver la puissance politique du LDP.

Enfin, l'administration Abe s'est engagée à faire redémarrer la capacité de production du nucléaire japonais actuellement suspendue depuis la catastrophe de Fukushima. Depuis la rupture du consensus consécutif à ce désastre, il est peu probable qu'une telle décision soit populaire.
Chacun de ces sujets est une source de controverses profondes. La manière dont M. Abe utilise son mandat pour les surmonter sera un important indicateur du niveau de préparation de son administration à prendre des décisions impopulaires pour mettre en œuvre des réformes structurelles.

Quel impact en attendre pour les actions japonaises ? Nous estimons que nous sommes dans une phase de transition au cours de laquelle nous allons évoluer d'un marché dominé par la politique monétaire vers un marché dans lequel les facteurs micro-économiques vont prédominer, favorisant une plus grande dispersion des performances des actions. Depuis le mois de novembre 2012, le Japon est devenu un investissement basé sur des signaux macro-économique où le changement de politique monétaire a dominé tous les autres facteurs. Par conséquent, les corrélations entre les actions ont été importantes et les investisseurs ont semblé ne pas faire de discrimination entre les positions prises individuellement. Mais depuis la stabilisation du contexte politique, les corrélations entre actions devraient se réduire et le risque spécifique devrait refaire son apparition. Un marché peut-être moins passionnant pour les investisseurs macro, mais dans lequel la sélectivité des actions devrait provoquer de meilleures performances relatives.

David Shairp, Stratégiste chez J.P. Morgan AM

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Actions nipponnes : vers un retour du stock picking ? " :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+10.8%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit