1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Obligations d'entreprises européennes : faire le tri est primordial

Obligations d'entreprises européennes : faire le tri est primordial

22/05/2014 - 16:04 - Sicavonline - Paul Read, co-responsable de de l'équipe Fixed Interest d'Invesco Perpetual



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Obligations d'entreprises européennes : faire le tri est primordial

Paul Read, co-responsable de l'équipe Fixed Interest d'Invesco Perpetual recommande aux investisseurs de faire preuve de discernement et de ne pas acheter d'obligations d'entreprises européennes les yeux fermés.

Le marché des émetteurs d'obligations d'entreprises européennes exige une analyse fondamentale attentive

Soutenus par la demande pour les actifs à rendement élevé dans un environnement de taux d'intérêt bas, les rendements et les spreads sur les obligations d'entreprises européennes ont été testés et même cassé leurs plus bas historiques, ce qui réduit le potentiel de resserrement des spreads.

« Dans le même temps, une forte demande a conduit à l'émission de nouveaux types d'instruments de dette et les structurations des nouvelles émissions obligataires connaissent également des évolutions - souvent au détriment de l'investisseur », souligne Paul Read, co-responsable de l'équipe Fixed Interest d'Invesco Perpetual. Cet expert analyse le marché européen des obligations d'entreprises dans la dernière édition de la publication Risk & Reward d'Invesco. Il pense que les investisseurs devraient faire preuve de prudence dans ce type de marché et s'attacher à une analyse fondamentale minutieuse, les caractéristiques des obligations individuelles pouvant déboucher sur des écarts de cours plus importants dans des conditions de marché plus difficiles.

Selon Paul Read, la forte demande actuelle qui soutient les cours sur l'ensemble du marché obligataire a créé un environnement favorable aux émetteurs, plutôt qu'aux investisseurs. « Les rendements sont relativement faibles. La qualité de certaines nouvelles émissions est en baisse, tandis que les nouveaux instruments apportent de nouveaux risques qui ne sont pas simples à aborder, » explique-t-il.
« Nous croyons que des poches attrayantes de valeur demeurent, mais nous pensons également qu'il est judicieux dans ces conditions de veiller à la liquidité et de ne pas se focaliser sur le rendement. Le marché pourrait bien devenir beaucoup plus exigeant sur les valorisations des différentes obligations, lorsque la vague de soutien sera moins forte. »

La réduction des coupons constitue simplement un exemple des conditions des émissions obligataires qui deviennent de moins en moins avantageuses pour le prêteur et plus intéressantes pour l'emprunteur. D'une part, les « call protections » (options de remboursements anticipés) sont en baisse. D'autre part, la proportion d'émissions à haut rendement notées B par rapport à BB a considérablement augmenté, tout comme le pourcentage d'obligations high yield émises à des fins qui ne sont pas habituellement considérées à l'avantage du créancier, comme par exemple le financement de LBO (rachats à effet de levier) ou le paiement de dividendes. Dans le même temps, de nombreux émetteurs notés en catégorie Investissement Grade ont accru leurs émissions d'instruments de dette hybride, ce qui leur permet généralement de passer le paiement du coupon sans faire défaut.

Paul Read souligne que les nouvelles émissions du secteur financier, qui ont tiré la récente envolée des fonds levés, nécessitent une analyse approfondie car ces instruments sont émis pour répondre à une variété de besoins en capitaux relevant d'un certain nombre d'autorités différentes et de nouvelles réglementations. Au-delà des caractéristiques particulières de la banque émettrice, les variantes qui existent dans l'univers de plus en plus large des instruments «post-crise» destinés à renforcer les fonds propres des banques créent différents risques, qui ne peuvent être facilement évalués via une approche unique et stéréotypé, mais qui, au contraire, nécessitent une analyse approfondie des fondamentaux pour identifier la valeur la plus attrayante.

Paul Read, co-responsable de de l'équipe Fixed Interest d'Invesco Perpetual et co-gérant des fonds Invesco Euro Corporate Bond et Invesco Pan European High Income

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Obligations d'entreprises européennes : faire le tri est primordial" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit