1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Une fiscalité alourdie sur les placements financiers

Une fiscalité alourdie sur les placements financiers

30/09/2010 - 15:04 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Une fiscalité alourdie sur les placements financiers

Le budget 2011, placé sous le signe de l'austérité, ne préserve pas les placements financiers. Outre l'aggravation de l'imposition des plus-values réalisées sur les valeurs mobilières, le gouvernement a également prévu d'augmenter la taxation sur les revenus des placements financiers.

Pour financer les retraites, le gouvernement a décidé de frapper sur les revenus des placements financiers. Peu de placements seront épargnés puisque même les intérêts perçus sur les livrets bancaires, hors livrets réglementés de type livret A, seront concernés.

Relèvement du prélèvement forfaitaire sur les revenus financiers de 18 à 19 %

Dès 2011, le taux du prélèvement forfaitaire libératoire applicable, le plus souvent sur option, aux dividendes d'actions, aux intérêts sur livrets non réglementés et de manière générale aux revenus réalisés sur les valeurs mobilières devrait passer de 18 à 19 %.

Cette « petite » augmentation d'un point de la fiscalité, qui frappera un grand nombre de placements, peut s'avérer très pénalisante lorsqu'elle porte sur des revenus financiers d'un montant important. Les contribuables imposés aux plus faibles tranches du barème progressif de l'impôt sur le revenu (5,5 % et 14 %) auront donc tout intérêt à ne pas opter pour ce prélèvement forfaitaire et à soumettre leurs revenus financiers au barème de l'impôt sur le revenu, comme le Code général des impôts le leur permet. Pour les contribuables atteignant les tranches de 30 et 40 %, le prélèvement libératoire restera dans la majorité des cas plus favorable que l'impôt sur le revenu progressif.

Suppression du crédit  d'impôt sur les dividendes

Jusqu'à présent, les revenus des dividendes perçus par les actionnaires ouvrent droit à un crédit d'impôt. Ce crédit d'impôt égal à 50 % du montant des revenus distribués est plafonné à 115 euros pour les contribuables célibataires, divorcés ou veufs et à 230 euros pour les contribuables soumis à imposition commune.

Cette restitution, qui avait été mise en place pour compenser la diminution du revenu associée à la suppression de l'avoir fiscal, devrait être supprimée l'an prochain. Afin de justifier cette suppression, le gouvernement avance différents arguments : cette restitution profiterait essentiellement aux contribuables aisés, 20 % d'entre eux percevant près du tiers du crédit d'impôt, et n'aurait aucun effet incitatif en faveur de l'investissement en actions.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Une fiscalité alourdie sur les placements financiers" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.2%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit