1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Immobilier :acheteurs, vous avez le pouvoir de négocier !

Immobilier :acheteurs, vous avez le pouvoir de négocier !

28/03/2013 - 11:32 - Sicavonline (mis à jour le : 09/07/2013 - 14:34)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Immobilier :acheteurs, vous avez le pouvoir de négocier !

Après une année 2012 placée sous le signe de l'attentisme où l'incompréhension entre vendeurs et acheteurs avait atteint un tel niveau que les transactions se sont effondrées, le marché immobilier serait-il sur le point de renaître de ses cendres ? D'après Meilleurtaux.com, les acheteurs ont retrouvé la capacité de négocier les prix et les taux immobiliers pourtant au plus bas peuvent encore faire l'objet de discussions avec son banquier. Rabais sur les prix et décote sur les taux : la balle est revenue dans le camp des acheteurs.

L'an dernier, la chute vertigineuse des taux immobiliers a laissé de marbre les aspirants à la propriété, préférant patienter en vue d'une éventuelle baisse des prix.

La baisse des prix immobiliers enclenchée pour de bon

L'attente a semble-t-il payé. Les prix immobiliers reculent enfin, même si pour le moment le repli est encore léger. En ce début d'année 2013, un nombre encore modeste d'acheteurs reviennent frapper à la porte des banques pour profiter des taux bas. Le courtier Meilleurtaux.com a en effet relevé une hausse des demandes de crédits immobiliers pour ce début d'année 2013. Après un recul de 18% au premier trimestre 2012 (par rapport à 2011), le nombre de demandes de crédits immobiliers avec un compromis de vente déjà signé a augmenté de 7% (sur un an) en février. « Si nous ne sommes pas revenus au niveau d'il y a deux ans, l'attentisme est moindre en ce début d'année 2013 », commente Meilleurtaux.com.

Christophe de Pontavice, président d'Efficity, reste prudent :« les taux ne font pas tout » et « seule la baisse des prix qui semble s'être enclenchée pour de bon, y compris à Paris, mais dans des proportions variables selon les régions et les biens, pourrait permettre de fluidifier le marché ».

Immobilier : taux d'emprunt toujours au plus bas

Si l'ampleur de la baisse des prix reste pour le moment contrainte, Meilleurtaux qui a relevé quelques remontées isolées, assure que les taux immobiliers vont rester à leur plus bas pendant un moment encore. Pour Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com, « rien ne permet cependant de dire que les taux vont remonter massivement pour l'instant... Les possibilités de décotes sont encore très importantes et dans les faits, les taux restent très avantageux. »

En effet, Meilleurtaux.com rappelle que les taux immobiliers sont toujours très attractifs et permettent de resolvabiliser une partie des emprunteurs. Ainsi, « emprunter 200 000 euros sur 20 ans à un taux moyen de 3,40% coûte aujourd'hui 83 euros de moins chaque mois qu'il y a un an, soit une économie globale de plus de 20 000 euros. ». Fait nouveau, certaines banques offrent des décotes très importantes sur des taux déjà au plus bas.


(TABLEAU)

Immobilier : nouvelles marges de manœuvres sur les taux et les prix


Meilleurtaux.com conseille aux emprunteurs de négocier afin d'obtenir des conditions de crédits plus avantageuses qu'affichées.

Le courtier note ainsi que les emprunteurs qui peuvent « apporter au moins les frais de notaire et une situation professionnelle stable » ont la possibilité de négocier des décotes importantes, de l'ordre de 0,30 points.

Les banques, selon le courtier, sont également « moins exigeantes sur l'apport et les revenus, même si les fondamentaux demeurent (apport d'au moins les frais de notaire et de dossier, endettement inférieur à 33% des revenus ».

Meilleurtaux.com conseille enfin aux emprunteurs d'être « attentifs à certaines options afin d'optimiser le coût de leur crédit et de l'adapter à leurs besoins : la modularité, le report d'échéances pour adapter les mensualités ». « En cette période de taux très bas, le transfert du crédit peut être très avantageux car il permet, au moment de la revente, de conserver son crédit pour financer le nouveau bien. Sachant qu'un emprunteur garde son crédit en moyenne 7 ans, ces options pourront peut-être se révéler utiles à un moment donné » explique Sandrine Allonier, responsable des études économiques et porte-parole de meilleurtaux.com.

La marge de manœuvre des acheteurs ne concerne pas que les taux d'emprunt, ils sont également en position de négocier les prix. Le recul des transactions en 2012 gonfle le stock de biens à vendre. Les acheteurs ont plus de choix tandis que les vendeurs peinent parfois à trouver un acquéreur. Ces derniers doivent alors se résoudre à revoir leurs prétentions tarifaires à la baisse, redonnant ainsi aux acheteurs le pouvoir de négocier.

Christophe du Pontavice, invité du 17e Observatoire du crédit meilleurtaux.com, constate et explique l'accalmie sur les prix : « la baisse du nombre de transactions en 2012 a entrainé une hausse du stock de biens à vendre et ainsi, un rallongement des délais de vente, en premier lieu sur les biens de moindre qualité. Les acheteurs ont ainsi un choix plus important et une capacité accrue de négociation. Encore faut-il que les acheteurs acceptent de baisser leur prix, ce qui n'est pas toujours évident... ».

Selon lui, en 2013, la baisse des prix immobiliers pourrait atteindre 5 % à Paris, 7 % en petite couronne et 12 % en grande couronne, une évolution qui même combinée à une légère remontée des taux permettrait une remontée du pouvoir d'achat immobilier.




Malgré ces nouvelles encourageantes, le marché immobilier tourne encore au ralenti, la situation économique et la montée du chômage poussent de nombreux ménages à reporter leur acquisition immobilière. La demande reste volatile et bien inférieure à celle de 2011.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



SCPI à crédit : Constituez-vous un patrimoine immobilier avec un faible capital de départ

Les taux d'intérêt sont historiquement bas. Profitez-en pour investir dans l'immobilier et financez une partie de votre crédit grâce aux revenus potentiels de la SCPI1.

1Le souscripteur ne doit pas tenir compte exclusivement des revenus provenant de la SCPI, compte tenu de leur caractère aléatoire, pour faire face à ses obligations de remboursement.


A lire autour du sujet "Immobilier :acheteurs, vous avez le pouvoir de négocier !" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.8%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.