1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. La revanche des « laissés pour compte »

La revanche des « laissés pour compte »

11/09/2013 - 10:00 - Sicavonline - Valentijn van Nieuwenhuijzen- ING Investment Management



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




La revanche des « laissés pour compte »

Cette année, les investisseurs ont pu profiter de leurs vacances d'été sans trop se tracasser. Ceci ne signifie bien sûr pas que rien ne s'est passé sur les marchés. En réalité, certains développements intéressants ont permis d'incorporer dans les portefeuilles des valeurs ayant largement sous-performé ces dernières années.

Contrairement aux années précédentes, les marchés ont évolué en eaux calmes durant la période estivale. En juillet dernier, le président de la BCE, Mario Draghi, avait « fait des vagues » en déclarant qu'il ferait « tout ce qui serait nécessaire » pour désamorcer la crise de l'euro. Depuis lors, les marchés d'actions et d'obligations ont connu une période de calme relatif et ont affiché de solides performances. En mai, le président de la Fed, Ben Bernanke, a failli gâcher la fête en annonçant que la banque centrale américaine pourrait commencer prochainement à démanteler sa politique monétaire très accommodante. À la suite des propos rassurants des banquiers centraux et des signes croissants de reprise dans les économies développées, la panique a pris fin et les marchés sont rentrés dans des eaux plus calmes. Grâce aux solides chiffres économiques et aux promesses des banques centrales de maintenir leurs taux « à un niveau faible pendant une période prolongée », les perspectives semblent favorables pour les marchés au cours des prochains mois.

Où sont les perspectives les plus prometteuses ? sur les actions !

Les marchés d'actions affichent les perspectives les plus prometteuses. Après leur « quête de rendement » dans tous les domaines financiers qui a caractérisé ces dernières années - et qui a entraîné un net regain d'intérêt des investisseurs pour les obligations -, les investisseurs semblent désormais favoriser le risque. De plus en plus d'investisseurs (institutionnels) s'intéressent aux actions, surtout depuis que les chiffres économiques des économies développées s'améliorent clairement. En témoigne le fait que les flux de capitaux investis dans les fonds d'actions dépassent actuellement les flux investis en fonds obligataires pour la première fois depuis 2007. Cette tendance s'est d'ailleurs intensifiée au cours de ces dernières semaines. Les flux investis en fonds obligataires sont désormais modestes et se concentrent - ce qui n'est pas une coïncidence - sur les obligations à haut rendement qui affichent d'importantes similitudes avec les actions.

Un signe : les secteurs à la traîne repartent

Dans un contexte d'accélération de la croissance économique, ce sont les valeurs cycliques qui se portent le mieux. Alors que des secteurs tels que les biens de consommation durables et l'industrie performent bien depuis un certain temps, c'est au tour des matières premières et des valeurs liées à ce secteur de faire leur comeback. Les matières premières étaient largement restées à la traîne durant la période de quête de rendement étant donné qu'elles ne procurent pas de revenus. La poursuite de la reprise de l'économie mondiale et, surtout, les chiffres économiques dépassant les attentes en Chine en juillet soutiennent désormais ce secteur. Depuis le début de l'année, le secteur des matériaux a sous-performé l'indice MSCI World de près de 20% et est, à l'exception des services aux collectivités, le secteur le moins populaire auprès des investisseurs. Ce secteur peut s'attendre à un net rebond de sa croissance bénéficiaire grâce à l'amélioration des perspectives de l'économie mondiale.

Une décote de 35 % des actions européennes

En ce qui concerne les régions, le ciel commence à s'éclaircir pour l'Europe. Pour des raisons évidentes, les actions européennes ont été délaissées au cours de ces dernières années. Ceci a conduit à une décote de près de 35% en comparaison des actions américaines, dont la surpondération dans les portefeuilles des investisseurs institutionnels a atteint son niveau le plus élevé des dix dernières années. Maintenant que les chiffres économiques européens s'améliorent clairement - et que la zone euro a renoué avec la croissance pour la première fois depuis 6 trimestres -, la tendance semble se renverser pour les actions européennes. Le risque systémique de la zone euro est passé à l'arrière-plan, tandis que la reprise de l'économie européenne est soutenue par la politique monétaire souple persistante, la diminution de l'austérité budgétaire et une accélération de la croissance mondiale.


Valentijn van Nieuwenhuijzen
Directeur de la Stratégie - ING Investment Management

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "La revanche des « laissés pour compte » " :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.2%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit