1. Bourse & Sicav
  2. Compte titres, PEA & autres supports
  3. L'or, une vraie protection contre l'inflation visible et invisible (1/3)

L'or, une vraie protection contre l'inflation visible et invisible (1/3)

18/04/2019 - 15:22 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




L'or, une vraie protection contre l'inflation visible et invisible (1/3)

L'or remplit-il correctement son rôle de rempart contre la hausse des prix ? Philippe Herlin, économiste et chroniqueur pour « Or.fr » en est convaincu. Retrouvez le premier opus de notre grand entretien en trois parties avec l'auteur de « L’or un placement d'avenir » et « Pouvoir d'achat, le grand mensonge. »

Philippe Herlin, vous êtes économiste chroniqueur pour « Or.fr » et l'auteur de plusieurs ouvrages parus aux éditions Eyrolles dont « L'or un placement d'avenir » et « Pouvoir d'achat, le grand mensonge » qui vous a d'ailleurs valu une petite polémique avec l'INSEE. L'once d'or après un point bas en août vers 1180 dollars se situe au moment où nous parlons 11 % plus haut à 1309 dollars. Toutefois, lorsque l'on élargit l'angle de vue, on note que l'or cède 3,68 % sur un an. La question évidemment est de savoir s'il faut ou non avoir de l'or aujourd'hui en portefeuille mais avant, revenons sur l'un des grands arguments qu'avancent les partisans de l'or en sa faveur, qui est qu'il protégerait contre l'inflation. Comment et pourquoi l'or protègerait-il contre l'inflation ?

L'inflation, c'est quand il y a trop de monnaie par rapport au nombre de biens disponibles, ce qui se traduit d'une façon ou d'une autre par les hausses des prix. L'or, lui, ne peut pas être imprimé comme les billets de banque ; il garde donc sa valeur et puis comme il est l'actif reconnu universellement et depuis des millénaires comme réserve de valeur, tout le monde a confiance en lui. L'or est en outre un bien homogène. L'immobilier aussi peut protéger contre l'inflation mais l'immobilier, c'est compliqué, chaque bien étant unique ; de plus, on ne peut pas vendre du jour au lendemain, tandis que l'or est un bien homogène et peut être vendu du jour au lendemain. L'or est par conséquent une véritable protection contre la hausse des prix.

Mais est-ce que l'or a vraiment toujours apporté cette protection contre la hausse des prix ?

 

L'or, une vraie protection contre l'inflation visible et invisible (1/3)

 

Oui et d'ailleurs, je vous ai apporté un graphique qui vient de mon livre sur le pouvoir d'achat (NDLR : Pouvoir d'achat, le grand mensonge) où j'ai reconstitué un historique des prix d'un certain nombre de biens pour voir ce qui se passait et pour l'or j'ai pris le cours du Napoléon à peu près au milieu de l'année, à chaque fois au mois de juin, entre 1965 et 2015, soit sur un demi-siècle. Afin d'avoir une signification réelle de ce prix je l'ai divisé par le SMIC net mensuel. J'ai utilisé cette méthode du reste  pour tous les biens, c'est la méthode qu'utilisait Jean Fourastié pour étudier les prix sur la longue durée (NDLR : Jean Fourastié fut l'un des grands économistes français de l'après-guerre. On lui doit l'expression « Trente Glorieuses » qui désigne la grande phase de prospérité et de l'économie française de la reconstruction au premier choc pétrolier de 1973. Il a consacré une bonne part de ses recherches à l'examen et l'analyse des prix). 

Sur le graphique auquel je me réfère, on voit qu'en 1965 et en 2015, soit au début et à la fin de la période étudiée, qu'un Napoléon vaut un peu plus de 10 % d'un SMIC, ce qui signifie que le pouvoir d'achat [a été] préservé. Cependant, [dans l'intervalle,] on observe des variations importantes, notamment dès les années 1970, parce que justement cela coïncide avec une période d'inflation notable. Quelles sont les origines de ce décollage de l'inflation ? La première décision fondamentale est celle de Richard Nixon qui le 15 août 1971 annonce la fin de la convertibilité entre l'or et le dollar. Jusqu'alors, en vertu des accords de Bretton Woods, le rapport était de 35 dollars l'once, l'or était donc à un prix stable. En 1971, on sort du cadre de Bretton Woods parce qu'il y a beaucoup de dépenses, qu'il faut payer la guerre du Vietnam mais aussi le programme Appolo qui coûte cher. Le gouvernement américain veut se débarrasser de la contrainte de l'or et l'on sort de ce lien qui était multimillénaire et immédiatement les prix se mettent à déraper, les dépenses publiques augmentent ; c'est à partir de ce moment-là que les Etats commencent à s'endetter, qu'ils sollicitent les agences de notation pour se faire noter. […] Et comme il n'y a plus la contrainte de l'or, les déficits aux Etats-Unis mais aussi un peu partout se mettent à croître et on se retrouve avec trop de monnaie dans le système et, subséquemment, un dérapage des prix qu'on observe en France comme aux Etats-Unis où l'inflation montera à 13 % fin des années 1970. On voit que le cours de l'or va monter même plus vite que les prix, ce qui fait que ceux qui auront de l'or à ce moment-là seront parfaitement protégés et on note même dans le graphique une progression en valeur absolue et donc une vraie protection contre la hausse des prix.

Il faut peut-être revenir à l'explication fondamentale justement de cette protection qu'offre l'or contre l'inflation. N'est-ce pas une histoire de relativité puisque l'or en tant que produit de placement ne rapporte pas de rendement ? Selon ce critère, l'or n'est a priori pas intéressant sauf dans les périodes de forte inflation, puisque l'on a alors des taux d'intérêt réels qui sont bas voire quasiment nuls ou dans certains cas négatifs, car l'alternative dans ces moment-là est soit investir dans l'obligataire en sachant que ça coûte de l'argent parce que la rémunération qu'il offre est complètement mangée par l'inflation et ne suffit pas à compenser la perte que celle-ci induit ou soit choisir l'or, un placement qui ne rapporte rien mais qui ne coûte rien. C'est bien cela la logique ?

Tout à fait, l'inflation est un élément mais ce qui compte vraiment est le taux d'intérêt réel parce que s'il y a une forte inflation mais que vous avez un placement en assurance vie ou autres qui vous rapporte davantage que l'inflation à la limite vous pouvez mettre votre argent dans ce placement et vous n'avez pas forcément besoin d'acheter de l'or. Le problème se pose quand il y a vraiment un décollage de l'inflation et qu'aucun placement ne rapporte davantage qu'elle ; à ce moment-là il faut revenir vers les actifs réels. L'immobilier en est un, on sait qu'il peut protéger contre la hausse des prix, mais l'immobilier n'est pas très liquide et l'or tout d'un coup revient sur le devant de la scène. 

 

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "L'or, une vraie protection contre l'inflation visible et invisible (1/3)" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

A court ou long terme, avec plus de 4 300 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit