1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. G20 : le plus dur reste à faire, selon Philippe Waechter

G20 : le plus dur reste à faire, selon Philippe Waechter

21/02/2011 - 17:10 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Pour Philippe Waechter, directeur des études économiques chez Natixis, si la dernière réunion du G20 a permis de faire un premier pas vers la prévention des crises financières en définissant des indicateurs de déséquilibres, le travail est loin d'être achevé. Les décideurs des vingt premières économies mondiales doivent définir ces indicateurs de manière chiffrée, ce qui ne sera pas chose aisée compte tenu des fortes divergences entre les pays. De surcroît, Philippe Waechter remarque qu'il faudra désigner une autorité contraignante capable d'imposer aux Etats les décisions du G20.

« Le cadre d'analyse des déséquilibres mondiaux se met en place»

Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis, note que la réunion du G20 qui s'est tenue ce week-end à Paris a permis aux pays membres de trouver « un accord sur des indicateurs reflétant des déséquilibres. » Il précise que « les comptes publics (déficits et dette), privés (épargne et endettement) et déséquilibre extérieur (notamment la balance commerciale) ont été retenus. Rien sur les réserves de change ni sur le change réel. »

Selon l'expert de la Natixis, cette évolution indique que « le cadre d'analyse des déséquilibres mondiaux se met en place. L'idée est de dégager les indicateurs pertinents pour ensuite pouvoir corriger les trajectoires suivies et éviter ainsi une situation de crise. Ce cadre devra aussi développer des alertes permettant de signaler rapidement un problème afin de pouvoir le corriger. »

Philippe Waechter considère cependant que le choix des indicateurs était l'étape le plus facile et que plusieurs décisions majeures incombent désormais aux dirigeants des 20 premières économies mondiales.

Des indicateurs à préciser

Dans un premier temps, l'économiste de Natixis estime qu' « il faudra, peut être dès la prochaine réunion en Avril, se mettre d'accord sur des chiffres. » Plusieurs questions se posent, d'après Philippe Waechter : « quels sont les chiffres et leur niveau qui traduisent un déséquilibre dangereux ? Dangereux maintenant ou à moyen terme ? Quels sont les chiffres qui sont tolérables et seront-ils les mêmes selon le stade de développement du ou des pays considérés? Ces chiffres doivent ils être des cibles et à quel horizon ? »

Des économies très hétérogènes

Une tâche d'autant plus compliqué, selon le directeur des études économiques de Natixis, que les économies des pays membres du G20 sont très hétérogènes. Philippe Waechter opère par exemple une distinction entre les pays émergents, qui disposent de finances publiques relativement saines, et les pays développés, qui « vont encore être pénalisés par la crise pendant de nombreuses années ». En outre, l'expert de Natixis souligne qu' « au sein des pays industrialisés les ambitions de réduction des déséquilibres (budgétaires notamment) ne sont pas les mêmes. Les Etats-Unis et l'Europe ne partagent pas les mêmes idées sur ce point. » Or, cette hétérogénéité rend difficile la définition de critères communs.

A qui appartiendra le pouvoir coercitif ?

Un autre enjeu majeur est le choix d'une institution qui aura le pouvoir de contraindre les Etats à se plier aux mesures définies par le G20 ainsi que « la lucidité de dire et la capacité de convaincre que des déséquilibres dangereux se mettent en place alors que la croissance s'accélère ». Une tâche qui s'annonce compliquée, du point de vue de Philippe Waechter, qui constate que « les européens qui bénéficient d'une intégration très profonde depuis longtemps et d'une plus grande homogénéité n'ont pas été capable de faire le travail que souhaite mettre en place le G20. »

Finalement, « le plus simple a été fait avec le choix des indicateurs, maintenant il faut savoir à quoi ils servent et ce qu'on en fait », conclut le directeur de la recherche économique chez Natixis.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "G20 : le plus dur reste à faire, selon Philippe Waechter" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
Retrouvez sur Sicavonline

KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 237 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
A court ou long terme, avec plus de 4 100 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)