1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Capital Retraite : l'inflation inquiète les épargnants européens

Capital Retraite : l'inflation inquiète les épargnants européens

27/08/2013 - 16:32 - Sicavonline (mis à jour le : 25/08/2014 - 17:20)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Capital Retraite : l'inflation inquiète les épargnants européens

Les Européens de plus de 50 ans craignent que l'inflation n'érode leur capital retraite, selon une étude menée par Allianz en collaboration avec Allianz GI.

Selon une étude paneuropéenne menée par Allianz en étroite collaboration avec Allianz Global Investors*, de nombreuses personnes âgées de 50 à 70 ans ne sont pas sûres de pouvoir maintenir leur style de vie actuel une fois à la retraite et pensent devoir épargner davantage pour y parvenir.

L'étude a porté sur le financement de la retraite de 1402 sondés âgés de 50 à 70 ans, vivant dans sept pays européens : l'Autriche, la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Suisse et le Royaume-Uni.

Les épargnants les plus jeunes sont les plus pessimistes

Elle montre que la moitié des personnes interrogées n'est pas sûre de pouvoir maintenir son style de vie une fois à la retraite et qu'un grand nombre devra constituer une épargne supplémentaire pour y parvenir. Les sondés les plus jeunes sont dans l'ensemble plus pessimistes. Ce groupe est particulièrement inquiet du maintien de son style de vie compte tenu des conséquences des réformes des retraites et de l'impact de la crise financière sur ses finances et son patrimoine retraite. Seuls 40 % des 50-54 ans estiment que leur style de vie sera inchangé une fois à la retraite. En revanche, 53 % des 60-70 ans sont optimistes ou bénéficient déjà d'un style de vie relativement confortable.

Dans tous les pays à l'exception de l'Autriche, l'inflation est citée comme le plus grand risque financier lors de la retraite. Cela se vérifie particulièrement en Allemagne et au Royaume-Uni : 60 % des Allemands et 65 % des Britanniques ont indiqué être principalement préoccupés par l'impact de l'inflation sur leur retraite. Toutefois, lorsqu'ils ont été interrogés sur les effets de l'inflation, les sondés britanniques et néerlandais ont eu tendance à surestimer ces derniers et les Autrichiens à les sous-estimer. Les sondés français, allemands et suisses ont été les plus réalistes.

Même si certains n'interprètent pas correctement le risque représenté par l'inflation, l'étude montre que la majorité des sondés de plus de 50 ans estime être bien informée sur les questions financières et utilise des sources d'information variées. Ils apprécient principalement celles qui leurs permettent de comprendre et de déterminer quels investissements réaliser.

Les Suisses sont les plus satisfaits de leurs plans de retraite

Près de deux tiers des sondés ont affirmé être satisfaits de leurs plans de retraite, contre seulement 8 % d'insatisfaits. Les Suisses sont les plus satisfaits (à 81 %, avec seulement 2 % d'« insatisfaits »). Le niveau global de satisfaction par rapport aux plans de retraite est nettement plus faible en France (46 % de « satisfaits » et 11 % d'« insatisfaits ») et en Italie (54 % de « satisfaits » et 14 % d'« insatisfaits »).

L'étude révèle également d'importantes disparités nationales concernant la méthode de paiement préférée au moment de la retraite. La moitié des sondés suisses préfèrent des versements mensuels ou annuels à vie contre seulement un quart ou un tiers dans les autres pays. Les Autrichiens et les Allemands préfèrent de loin une rente unique (40 % et 37 % des sondés respectivement) contrairement aux plus de 50 ans dans les autres pays.

Les sondés britanniques se démarquent en matière de décisions d'investissement. Près de la moitié des sondés au Royaume-Uni ont déclaré qu'ils prenaient leurs propres décisions d'investissement sans l'aide d'un professionnel ni d'un conseiller. Seuls les sondés néerlandais (42 %) sont presque aussi autonomes en matière de prise de décisions. C'est en Suisse que le pourcentage de sondés ne cherchant pas de conseil externe est le plus faible (23 %).

Le Dr Renate Finke, économiste senior au sein de l'équipe internationale de recherche sur la retraite d'Allianz et auteur de l'étude, précise : « Les plans de retraite jouent un rôle essentiel pour garantir une vie aisée au troisième âge, mais un grand nombre de sondés a reconnu ne pas avoir adopté une bonne approche, un tiers d'entre eux déclarant avoir entamé leurs plans trop tard et un quart expliquant ne pas avoir épargné suffisamment. Épargner pour la retraite est sans aucun doute plus difficile dans le contexte économique actuel de répression financière. Afin de conserver leur style de vie actuel, plusieurs devront constituer une épargne supplémentaire via des plans d'épargne retraite spécifiques ou au moyen de l'épargne individuelle. Espérons que l'expérience de ceux qui sont sur le point d'être retraités et de ceux qui le sont déjà incitera les plus jeunes à commencer à réfléchir à leur épargne. »

Nick Smith, responsable des ventes retail en Europe (hors Allemagne), affirme : « Les épargnants sont confrontés à un environnement incertain, où le risque d'inflation, la volatilité et les défis posés par les processus de réforme les contraignent à s'adapter. Les personnes qui épargnent pour la retraite doivent s'inspirer de l'expérience des plus de 50 ans, notamment parce que la dernière décennie a montré qu'il est difficile de prendre en compte les différents risques d'investissement. »

*1402 personnes ont répondu à l'enquête. Pour faire partie de cet échantillon, ils devaient obligatoirement être âgés de 50 à 70 ans, et disposer d'un haut revenu. 60% étaient des hommes, 40% des femmes (avec quelques disparités locales : aux Pays-Bas, seuls 36% des personnes interrogées étaient des femmes).

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Capital Retraite : l'inflation inquiète les épargnants européens" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit