1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Paris : la baisse des prix immobiliers est-elle déjà derrière nous ?

Paris : la baisse des prix immobiliers est-elle déjà derrière nous ?

03/07/2013 - 14:15 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Paris : la baisse des prix immobiliers est-elle déjà derrière nous ?

La baisse des prix mesurée sur le marché immobilier parisien au cours du 1er semestre est-elle déjà sur le point de s'essouffler ? Laurent Vimont, président de Century 21, y croit et va même jusqu'à évoquer la fin de cet épisode baissier. Difficile d'envisager ce scénario. Surtout lorsque l'on examine l'évolution du marché immobilier parisien au travers de l'état des lieux dressé par les membres du groupe Laforêt. Après un premier semestre maussade, l'offre n'est pas en mesure de répondre à une demande parisienne de plus en plus intransigeante sur les prix.

Après avoir tutoyé des sommets, avec un prix moyen de 8.500 €/m², et être entré dans le tiercé de tête des villes où les biens immobiliers sont les plus surévalués, le prix des logements parisiens s'assagissent.

Au premier semestre 2013, les prix parisiens se sont repliés d'environ 3 % sur un an glissant, selon les chiffres du réseau Laforêt, faisant reculer le m² à 8.117 €, soit grosso modo le plus bas tarif observé depuis 2011.

Paris : baisse des prix immobiliers et des transactions

Mais alors que la poche de résistance semble désormais derrière nous et la baisse des prix immobiliers engagée, les transactions dans la capitale continuent de refluer (- 5,2 %).
Laforêt évoque un problème de convergence entre l'offre et la demande. Les acquéreurs, certes plus nombreux (+ 23 %) car attirés par la baisse des prix et des taux d'intérêt très bas, recherchent des petites surfaces tandis que l'offre, elle aussi plus forte (33 %), ne parvient pas à répondre à leurs attentes.

Le constat du réseau est sans appel : « le volume potentiel pour un studio est de 20 pour un 1 et de 15 pour 1 pour les deux pièces. » Ce phénomène de tarissement des petites surfaces serait en grande partie fabriqué par l'afflux d'opportunistes à la recherche de bonnes affaires, cependant pas tous décidés à aller jusqu'au bout d'une transaction, par le retour des investisseurs et l'arrivée de nouveaux primo-accédants, resolvabilisés par des taux d'intérêt extrêmement bas.

Paris : les petites surfaces encore très prisées

Du coup, le recul des prix n'affectent pas les petites surfaces. La baisse des prix immobiliers affecte essentiellement les grands appartements et les biens de moindre qualité dont la vente devient extrêmement difficile et peut prendre jusqu'à six mois alors qu'une petite surface peut partir en moins d'une semaine.

Il faut dire que les vendeurs ne jouent pas forcément le jeu. Les membres du réseau Laforêt mentionnent la présence de vendeurs qui maintiennent « une surestimation du prix pour « tenter » et se retirent du marché au bout de 8-10 mois. »

A l'autre bout de la transaction, les candidats à l'achat sont également de plus en plus retors. Très offensifs, les candidats à l'achat négocient à tous les stades du processus de vente allant jusqu'à rompre la transaction si leurs exigences ne sont pas entendues.

Au vu des constats formulés par le réseau Laforêt, le marché parisien semble voué au blocage dans les mois à venir, faute d'adéquation entre l'offre et la demande. Les candidats à l'achat se replient d'ailleurs déjà en masse sur la banlieue. En Ile-de-France, les transactions ont ainsi cru de 9,2 % tandis que les prix ont reculé un peu plus faiblement qu'à Paris avec une baisse -2,5 %.

Paris : rebond des transactions et des prix au 2eme trimestre

Laurent Vimont, malgré le même constat que Laforêt (baisse des prix et des transactions) en début d'année, dit observer un rebond d'activité et des prix (+1 %) au cours du dernier trimestre allant jusqu'à affirmer que « tout indique que la baisse des prix à Paris est terminée. »

Le marché parisien a-t-il réellement repris des chemins haussiers ?
Difficile de croire au retour de la hausse des prix immobiliers surtout dans le contexte économique actuel. La fin du marathon baissier des taux d'intérêt tout comme le nombre limité de transactions rendent les tentatives prospectives extrêmement compliquées.
Que se passera-t-il lorsque les vendeurs reviendront en masse sur le marché immobilier parisien et que les taux d'intérêt remonteront, rendant de nouveau insolvables bon nombre de primo-accédants ?

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Paris : la baisse des prix immobiliers est-elle déjà derrière nous ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.