1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. A quand une réelle baisse des prix immobiliers à Paris ?

A quand une réelle baisse des prix immobiliers à Paris ?

06/09/2013 - 15:27 - Sicavonline (mis à jour le : 09/09/2014 - 15:17)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




A quand une réelle baisse des prix immobiliers à Paris ?

A quand une réelle baisse des prix immobiliers à Paris ?

Rien de nouveau sous le soleil parisien cet été. Sur un marché immobilier au ralenti, où seuls quelques biens de qualité encore disponibles se vendent à des tarifs élevés, les prix de l'immobilier n'ont que très légèrement varié pendant les mois de juillet/août. Voilà en substance ce que révèle le dernier baromètre de MeilleursAgents.com. A quoi doit-on s'attendre pour le reste de l'année ? Les prix de l'immobilier vont-ils enfin entamer une véritable phase de correction ?

Un marché immobilier parisien sans consistance

La baisse des prix immobiliers attendue par les acheteurs parisiens n'est toujours pas au rendez-vous. Le nombre de transactions demeure au plus bas sur un marché immobilier où seuls les biens de qualité trouvent preneurs à des prix encore relativement élevés. Les autres biens ne se vendent pas car « Beaucoup de vendeurs font encore de la résistance et préfèrent repousser ou renoncer à la vente qu'ajuster leur prix. » rapporte Sébastien de Lafond, Président et fondateur de MeilleursAgents.com.

Baisse latente des prix immobiliers masquée par l'effet qualité

Ce que l'expert qualifie d'« effet qualité » masquerait la réalité des prix qu'il voit baisser dans les prochains mois. Sébastien de Lafond juge qu'« Il faudra attendre que les transactions sur les biens les moins attractifs se fassent et entrainent une baisse des prix et des indices. »

Derrière les statistiques actuelles, Sébastien De Lafond est donc persuadé que la réalité du marché devrait tôt ou tard reprendre ses droits et promet un fléchissement des prix immobiliers mais dans des proportions encore modérées.

Taux des crédits immobiliers : la fin d'une époque

Le retour à la réalité du marché des vendeurs ne sera pas le seul déclencheur de la baisse des prix immobiliers. La remontée des taux des crédits immobiliers, que Sébastien anticipe mesurée et progressive, devrait assurément jouer un rôle prépondérant. « Alors que la baisse de 1% des taux avait augmenté le pouvoir d'achat d'environ 8%, le renchérissement du crédit a d'ores et déjà un impact légèrement négatif sur le pouvoir d'achat des acheteurs. Leurs exigences s'en trouvent renforcées et contribuent à la modération des prix. » constate Sébastien de Lafond.

La baisse des prix immobiliers à Paris, qui semble se construire en arrière plan, restera toutefois limitée. MeilleursAgents.com n'anticipent « aucun ajustement brutal mais plutôt un glissement progressif de 0% à - 5% d'ici la fin 2013, conformément au scénario que nous maintenons depuis le début de l'année. »

De nouvelles baisses de prix en banlieue parisienne

Mêmes causes, mêmes effets. La baisse des prix immobiliers en marche à Paris devrait s'étendre à l'ensemble de la région Ile-de-France. MeilleursAgents.com constate d'ores et déjà un léger recul des prix en Petite et Grande Couronne, avec respectivement - 0,3 % et - 1,2 %, et anticipe la poursuite de cette tendance sur l'ensemble des départements de la région Ile-de-France.

En attendant cette baisse promise et le retour des transactions, les avant-contrats signés par le biais du réseau de MeilleursAgents.com au cours des mois de juillet et d'août témoignent de la relative stabilité des prix, après leur très légère progression observée ces derniers mois.

De fortes disparités entre les grandes et les petites surfaces

La baisse des prix immobiliers, - 0,1 % du 1er juillet et au 1er septembre, a donc fait son retour après plusieurs mois de hausse. MeilleursAgents.com précise toutefois que « le prix des petites surfaces a continué d'augmenter (+1,3 %) alors que les grands appartements ont vu leurs prix baisser sensiblement (-2,2 %). »

Un été en pente douce...sur les grandes surfaces

Comment expliquer ce manque de cohérence ? L'effet saisonnier qui avait eu pour effet de gonfler la demande en grandes surfaces pendant le printemps est maintenant arrivé à son terme. Assez logiquement la pression sur leur prix est retombée.

Recherche petites surfaces désespérément !

La remontée du prix des petites surfaces serait, selon MeilleursAgents.com due à la raréfaction de l'offre. En effet, d'après le président de MeilleursAgents.com « Les atermoiements du gouvernement sur le délai d'exonération d'imposition sur les plus-values ont bloqué bien des candidats à la vente. Après que le Président de la République a annoncé que ce délai serait ramené à 22 ans au lieu de 30 ans, les vendeurs ont attendu la mise en œuvre concrète de cette décision. Ils ont attendu aussi de bénéficier de l'effet d'aubaine de l'abattement de 25% sur les transactions réalisées avant le 31 août 2014. L'offre de petites surfaces parisiennes a été encore plus faible qu'à l'habitude, expliquant sûrement en partie la hausse des prix surprise de +1,3% sur deux mois.»

Des allégements d'impôts aux effets mesurés

Désormais assurés de bénéficier d'un allégement d'imposition sur les plus-values immobilières, les vendeurs de résidences secondaires et de biens d'investissement pourraient remettre sur le marché à des prix plus en phase avec les attentes des acheteurs.

Sébastien de Lafond vient toutefois tempérer l'enthousiasme du gouvernement quant à l'impact de cet allégement fiscal : « La réforme sur l'imposition des plus-values sur les résidences secondaires et biens d'investissement va dans le bon sens mais reste trop compliquée. Elle va légèrement fluidifier le marché sans déclencher l'afflux d'offre souhaité par le gouvernement. »

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.


A lire autour du sujet "A quand une réelle baisse des prix immobiliers à Paris ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.