1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Fed : une prudence excessive ?

Fed : une prudence excessive ?

18/06/2013 - 11:43 - Sicavonline - David Shairp - J.P. Morgan AM



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Fed : une prudence excessive ?

A la veille d'une réunion du FOMC (19 juin) susceptible de confirmer la volonté de la Fed d'arrêter progressivement le « QE », nombre d'investisseurs pourraient percevoir une telle annonce comme un excès de prudence. En effet, le niveau d'inflation étant étonnamment faible et la reprise pas vraiment avérée, une prolongation de la perfusion monétaire ne semblerait pas infondée. Qu'est-ce qui pourrait pousser la Fed à une telle inflexion de sa politique monétaire? Selon David Shairp, stratégiste chez J.P. Morgan AM, « les leçons du passé » ne sont pas étrangères aux atermoiements de la Fed.

Réduction progressive de l'assouplissement quantitatif et endettement.
La faiblesse de l'inflation sous-jacente provoque l'étonnement quant au moment choisi par les membres du FOMC pour dévoiler leurs discussions sur la réduction progressive de l'assouplissement quantitatif. Du fait du caractère irrégulier des statistiques économiques de ces dernières semaines, pourquoi donc commencer à l'évoquer maintenant plutôt qu'à la fin de l'été ?

Il semble que les membres du FOMC prennent très au sérieux la leçon de la période 2006-2007: le montant de l'endettement dans le système financier peut jouer le rôle d'un mécanisme d'amplification dès que démarre un cycle de resserrement monétaire. Le moment choisi pour ces débats suggère des inquiétudes sur le fait que le niveau inhabituellement faible de la volatilité du marché au premier trimestre soit susceptible de favoriser une croissance insoutenable de l'endettement, plutôt qu'une intention de répondre aux évolutions de l'économie réelle.

Les inquiétudes sur l'accumulation de l'endettement ont été en premier lieu formulées par le gouverneur de la Réserve fédérale Jeremy Stein dans son allocution de février sur ¿La surchauffe des marchés du crédit¿, au cours de laquelle, après un bref survol de certains marchés du crédit présentant des signes de surchauffe, il a plaidé pour ¿l'utilisation des instruments de politique monétaire pour assurer la stabilité financière¿.

Au cours du premier trimestre, on a pu constater une progression spectaculaire du recours à l'endettement par les hedge funds, première manifestation positive depuis la crise financière, ainsi que de la demande de financement de produits titrisés et d'obligations d'entreprise à haut rendement ; ces phénomènes sont décrits dans l'édition de mars de l'enquête ¿Senior Credit Officer Opinion Survey on Dealer Financing Terms¿ - l'un des principaux moyens du FOMC pour surveiller les conditions de crédit sur les marchés de titres et dérivés OTC.

Le défi posé à la Réserve fédérale (et à nous-mêmes) est que nous en sommes encore à la préhistoire pour ce qui concerne les données sur l'endettement total et la transformation des échéances. Il est évidemment difficile de communiquer clairement sur des risques systémiques qui ne peuvent être reliés à des données observables que les acteurs de marché peuvent suivre de façon indépendante (comme c'est le cas pour l'inflation ou le chômage).

Par conséquent, l'impression qui se dégage (par inadvertance) est que les membres du FOMC s'inspirent de Melisandre, la grande prêtresse rouge de "Game of Thrones", qui répète inlassablement que ¿la nuit est sombre et pleine de terreurs" - sans toutefois dévoiler les traits caractéristiques de l'une quelconque de ces terreurs.

David Shairp - stratégiste chez J.P. Morgan AM

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Fed : une prudence excessive ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit