1. Accueil
  2. >
  3. Toutes nos vidéos
  4. >
  5. L'oeil du pro
  6. >
  7. Ce que les matières premières (dont le pétrole) nous disent est inquiétant (Delamarche & Sabatier)

Ce que les matières premières (dont le pétrole) nous disent est inquiétant (Delamarche & Sabatier)

05/01/2015 - 11:24 - Sicavonline (mis à jour le : 19/03/2015 - 12:11)



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




La dégringolade des cours du pétrole a ému les marchés en décembre. Pour les éconoclastes Olivier Delamarche, associé-gérant de Platinium Gestion, et Pierre Sabatier, président du cabinet d’analyse économique PrimeView, l’effondrement de 40 % des prix du baril en moins de six mois constitue une rupture majeure dont les investisseurs doivent prendre toute la mesure.


Olivier Delamarche, associé-gérant de Platinium Gestion, et Pierre Sabatier, président du cabinet d'analyse économique PrimeView, ne sont pas des inconnus des lecteurs de Sicavonline.  Leur vision de long-terme, qu'on la partage ou non, est si souvent en décalage par rapport à la vulgate économique qu'elle donne généralement à l'investisseur matière à réflexion. Ceci posé, ne pas interroger Delamarche et Sabatier sur le pétrole le sujet clef du moment n'était pas une option, tant il parait en effet difficile de rester insensible et sourd aux clameurs et aux cris qui ont accompagné la chute des cours de l'or noir ces dernières semaines. 

Tandis que le prix du baril accélérait son repli pour passer sous les 60 dollars et emportait comme fétu de paille dans son reflux les espoirs de croissance de la Russie qui assistait impuissante à la fonte du rouble et de sa superbe, la plupart des investisseurs comme pour se rassurer s'évertuèrent à égrener les bénéfices économiques d'une baisse si brutale des cours pétroliers. 

La scie le plus souvent entonnée était et reste toujours la même : l'allègement de la facture énergétique de nombre pays consommateurs, au premier rang  desquels les nations industrialisées, instillera un surcroît de croissance salutaire, offrant à ceux qui comme la France manquent cruellement de ressort, l'opportunité particulièrement chanceuse de prétendre afficher des gains de PIB tangibles en 2015. 

Comme on s'en doute, Olivier Delamarche et Pierre Sabatier ne s'arrêtent pas à cette antienne. 

Pour Pierre Sabatier, la baisse brutale des cours du pétrole ne constitue que la correction d'une aberration : « Il faut revenir à l'origine de la baisse du prix du pétrole et la remettre en perspective. En réalité les prix du pétrole étaient jusque là une anomalie », par rapport au prix des autres matières premières tant alimentaires qu'industrielles qui « au niveau mondial ont atteint un sommet à la fin de l'année 2011 »

Le mouvement de baisse des matières premières insiste l'économiste de PrimeView dure donc depuis près de trois ans et reflète une faiblesse de la demande mondiale, négligée par les marchés.

Une vue que partage Olivier Delamarche qui souligne que les marchés ont parfois peine à se rendre à l'évidence : «  il suffisait [cependant] de regarder les prix du cuivre, de l'acier ou bien encore le Baltic Dry Index (Indice du fret maritime) qui est au plus bas. Ce sont des indicateurs factuels du ralentissement qui n'ont jamais été pris en compte par les investisseurs. » 

Le pétrole dont les prix sont restés élevés et stables jusqu'à la mi-2014 a sans doute brouillé la perception que pouvait avoir ces derniers du ralentissement et si les cours pétroliers ont tant tardé à suivre la pente des autres matières, c'est que de l'avis d'Olivier Delamarche, le pétrole a été l'un des actifs ayant le plus bénéficié des Quantitative Easings américains. 

« [Le pétrole] est l'une des matières premières les plus financiarisées , » rappelle Olivier Delamarche, « c'est l'une donc de celles qui ont le plus bénéficié des fameux QE divers et avariés (sic) de M. Bernanke et de Mme Yellen .»  Les liquidités surabondantes créées par la Réserve Fédérale des Etats-Unis (FED) ont permis « aux banques d'aller s'amuser sur les produits pétroliers » et d'entretenir artificiellement la fermeté des prix du pétrole.

Aussi selon Olivier Delamarche, la fin du QE ne saurait être étrangère à l'effondrement des cours pétroliers ces six derniers mois. « A partir du moment où le marché pense que les QE se terminent, en tout cas aux Etats-Unis, les fondamentaux reprennent leurs droits et on découvre beaucoup de choses : que la croissance de la Chine n'est pas celle qu'on attendait, que les Abenomics au Japon ne fonctionnent pas, que l'Europe est en panne », et que le rapport offre/demande milite pour une baisse des cours du baril puisque « vous avez une offre croissante », notamment avec le développement outre-Atlantique du pétrole de schiste, face à  « une demande décroissante. A partir de ce moment là, il n'est pas étonnant de voir les prix baisser,» conclut l'associé-gérant de Platinium Gestion.

Au reste, les visées géo-économico-politique de l'Arabie Saoudite qui tente de mettre hors jeu sur le marché des hydrocarbures les nouveaux entrants que sont les Etats-Unis avec le pétrole de schiste, si elles ne comptent pas pour rien dans la baisse actuelle, l'exacerbent mais n'en sont pas la cause première pour les deux Econoclastes.

« L'Arabie Saoudite mène une stratégie mercantiliste », estime Pierre Sabatier  « Vous avez des pays producteurs traditionnels (…) et des nouveaux entrants (…) avec en premier lieu les Etats-Unis  via les pétroles de schiste. Ces nouveaux entrants ont pris des parts de marché. Quel jeu voit-on aujourd'hui ? L'Arabie Saoudite dit aujourd'hui : « personnellement,  ça ne me dérange pas d'avoir des prix bas, je peux même aller jusqu'à 40$ le baril ». Soit dit en passant elle donne ainsi un objectif aux investisseurs  et ils  vont s'empresser d'emmener les prix jusque là. Mais très concrètement, quel est le jeu ? Le jeu est que les nouveaux entrants sont devenus des nouveaux entrants parce que les prix étaient élevés et que les projets dans lesquels ils ont investis avaient des coûts de production qui étaient beaucoup plus élevés que les pays producteurs traditionnels. (…) L'Arabie Saoudite essaye [en faisant baisser les prix] de rendre exsangues les nouveaux entrants pour récupérer des parts de marché. »

Mais comme Olivier Delamarche, le président de PrimeView n'en démord pas : les menées de l'Arabie Saoudite ne font qu'amplifier le mouvement de correction initié depuis juin, elles n'en sont pas la racine. La baisse du pétrole s'origine d'abord et surtout dans la mollesse de la demande mondiale que révèle depuis 2011 la trajectoire descendante des cours des matières premières.

« Le meilleur proxy (NDLR : indicateur indirect) de l'activité mondiale, ne l'oublions pas, ce n'est pas le PIB que l'on peut manipuler, notamment dans des pays comme la Chine, » martèle Pierre Sabatier. « La vérité, ce sont les matières premières qui la livrent. Les matières premières sont très concrètement, véritablement, l'expression du rapport entre l'offre et la demande. Par conséquent, il faut bien écouter ce que nous disent les prix des matières premières, elles nous disent aujourd'hui qu'il n'y a pas de demande mondiale. »

Si le diagnostic est juste, les investisseurs ne pourront indéfiniment l'ignorer.

Afin de visualiser l'intégralité de l'interview d'Olivier Delamarche et de Pierre Sabatier

La société Sicavonline fait appel à une équipe de journalistes professionnels en charge de la rédaction des articles de www.sicavonline.fr. Les conseils donnés relatifs aux instruments financiers ou aux placements sont en conformité avec la profession et sur la base de sources sérieuses et réputées fiables. La responsabilité d'investir ne saurait être imputée à la rédaction de Sicavonline du fait de leur utilisation.

© Synapses. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapses font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Ce que les matières premières (dont le pétrole) nous disent est inquiétant (Delamarche & Sabatier)" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Retrouvez sur Sicavonline

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)