1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. Ne serait-il pas plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?

Ne serait-il pas plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?

03/04/2020 - 08:34 - Sicavonline - Arnaud Riverain - Associé Gérant - GreenSome Finance



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Ne serait-il pas plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?

Le monde à l’arrêt, pour combien de temps ? Arnaud Riverain, Associé Gérant chez GreenSome Finance, consacre bien évidemment son dernier édito à l’impact, présent et futur, de la pandémie sur les marchés. Anticipations des bénéfices, scénario en V, l’après covid-19, revenir ou rester à l’écart des actions…Le spécialiste des small caps propose une analyse complète de la situation.

La Chine se relance tout doucement alors que l'Europe est totalement à l'arrêt et les États-Unis en passe de l'être. Tel un tsunami, le Covid-19 emporte tout avec lui. Notre économie moderne n'a jamais vécu un tel événement ce qui fait que nous naviguerons à vue lorsqu'il sera possible de lâcher les amarres, là on attend que la tempête passe. Les dégâts seront considérables car jamais on avait mis à l'arrêt en même temps autant de pays. C'est tout l'hémisphère nord qui est touché et par ricochet l'ensemble de la planète. C'est une bonne chose d'un point de vue environnemental, il en est tout autrement économiquement parlant.

"Notre économie moderne n'a jamais vécu un tel événement"

Des marchés sans boussole et des prévisions très aléatoires


Sans surprise, les marchés ont brutalement décroché et affichent les pires performances jamais constatées sur un tel laps de temps. Après, curieusement, nous avons assisté à un rebond non négligeable à partir du 20 mars et cela jusqu'au 26. Au cours de cette période, les indices que sont le CAC 40 et le Dow Jones ont repris 20% après avoir perdu plus du tiers de leur valeur en 1 mois. Cette vague de rachat s'est faite sans vrai catalyseur car les mauvaises nouvelles n'ont cessé de s'accumuler hormis le fait que la Chine s'extirpait doucement de sa torpeur. Bref, les marchés n'ont plus de boussoles car nous sommes loin d'être en mesure de relever les compteurs et le jeu des prévisions s'avère plus qu'hasardeux. On peut essayer de comparer à la période des subprimes mais cela semble sans intérêt tant les situations sont différentes. Nous avions vécu une crise du système financier alors que là nous vivons une crise économique faute de consommateurs. Avant le confinement, il n'y avait aucun problème d'accès à la liquidité. Après le confinement se posera un nouveau problème, le retour du chômage et donc les conséquences induites sur la consommation.

Est-il plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?

 

En attente de sévères corrections sur les bénéfices ?


Le confinement réduit l'accès à nos outils, dès lors nous ne sommes pas en mesure de voir l'évolution des prévisions d'évolution des bénéfices par action. Après, gageons que cela va être revu fortement à la baisse. A titre d'exemple, les subprimes avaient induit des révisions de l'ordre de 20% à 30% à la baisse. Il va sans dire que l'on peut s'attendre à des corrections sévères, les sociétés ont certes déjà constaté les effets du confinement dès le mois de mars, mais l'on sait d'ores et déjà que le 2ème trimestre sera mauvais. Le 3ème trimestre sera, espérons-le, une période de redémarrage, mais cela tombe pendant les vacances. Donc, sauf à ce que l'État dise que les vacances sont raccourcies, ce qui est peu probable s'il ne veut pas tuer l'économie du tourisme, le 3ème trimestre ne devrait pas non plus être « jojo ».

Est-il plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?

 

Un retour à la norme qui prendra du temps...beaucoup de temps


Difficile d'avoir une lecture objective des valorisations. La baisse des valeurs a été violente et les premiers ajustements baissiers des prévisions commencent à avoir lieu. Aussi, au global et même si on a l'impression que de vraies opportunités se présentent, il convient de prendre du recul. En effet, les analystes avancent à l'aveugle. Aussi, pour 2020e, les pricing ne semblent pas des plus attractifs. Il faut regarder 2021e pour se dire que cela peut devenir intéressant. Après, attention, les analystes ont toujours tendance à ajuster véritablement l'exercice en cours, le suivant n'étant qu'une conséquence du précédent. Par ailleurs, vue la typologie de la crise, pour de nombreux secteurs certains se disent que nous serons sur un scénario en V ce qui pourrait justifier une très forte accélération en 2021e…

Est-il plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?

 

Des marchés très volatils et une trajectoire baissière sans doute inachevée


Pour le moment, à part attendre, on ne peut pas faire grand-chose. Lorsque l'on écoute les sociétés, hormis les secteurs très exposés, on sent un discours assez rassurant car il n'y a pas de problème de liquidité et encore moins du fait des mesures prises par les États et les Banques Centrales. En effet, jamais on n'avait ouvert en aussi peu de temps autant les robinets. Pour les gros et les moyens, cette crise aura un coût, mais ils pourront l'encaisser car ils n'ont qu'à se baisser pour trouver des liquidités et en plus à des très bonnes conditions. Ils peuvent même en profiter pour optimiser leurs bilans. Ceux qui vont véritablement souffrir ce sont les petits car eux n'ont pas la trésorerie pour tenir et ce ne sont pas quelques milliers d'euros ou de dollars qui leur permettront d'attendre que les clients reviennent. Ainsi, selon nous, le scénario en V semble bien optimiste car, pour cela, il faut que tout le monde reparte en même temps et là il est certain que les petits, qui sont les plus nombreux, mettront plus de temps à s'en remettre.
Au-delà de cet aspect, peut se poser un nouveau problème surtout pour l'Europe. Cela fait des années que l'on dit que pour que l'économie européenne tourne, il ne faut pas dépasser les 3% de déficit. Plus récemment en France, on nous dit que pour sauver notre beau système des retraites par répartition, il faut le changer car il manquera peu ou prou 15 milliards d'ici 7 ans. Et là, miracle, on a oublié l'histoire des 3%, on trouve de l'argent sans soucis car comme l'a dit notre président « quoi qu'il en coûte l'État sera là ». Que va-t-il se passer une fois que nous pourrons sortir de chez nous ? Comment expliquer qu'il n'y a pas d'argent alors que là on en a trouvé sans problème ? Comment retrouver une certaine orthodoxie financière ? La parole gouvernementale risque d'être inaudible aux oreilles de certains… Aussi, l'après Covid-19 sera peut-être pire que l'avant.

"L'après Covid-19 sera peut-être pire que l'avant"


Pour revenir aux marchés financiers, attention car nous n'avons vu que la partie émergée de l'iceberg. Nous sommes très loin de pouvoir vraiment mesurer les conséquences macro et micro économiques de la crise sanitaire que nous traversons. Nous ne sommes donc pas à l'abri de nouveaux à-coups violents. Donc, comme nous sommes confinés autant faire de même sur les marchés. Une fois que nous pourrons sortir le nez de chez nous et si l'envie de revenir sur les Small Caps, il faudra alors privilégier celles qui ont une structure de cash-flow excédentaire, un bilan peu endetté, ont un chiffre d'affaires avec un niveau de récurrence élevé (ex. logiciels) et surtout sont liquides…

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Ne serait-il pas plus sage de rester à l'écart des marchés boursiers pendant le confinement ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 237 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
A court ou long terme, avec plus de 4 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)