1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. La fausse énigme du yen qui monte

La fausse énigme du yen qui monte

18/03/2011 - 12:43 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




La fausse énigme du yen qui monte

Alors que l'on aurait pu imaginer que la série de cataclysmes (séisme, tsunami, catastrophe nucléaire) qui se sont succédé ces derniers jours au Japon aurait envoyé le yen au tapis, c'est tout l'inverse qui se produit. Explications de ce paradoxe avec Didier Borowski (Amundi) et Bruno Vanier (Edmond de Rothschild Asset Management).

C'est l'un des paradoxes de la série de drames qui secouent le Japon. L'avalanche de mauvaises nouvelles provoque une appréciation du yen et non pas son effondrement. Le même phénomène avait eu cours en 1995 dans les jours qui suivirent le tremblement de terre de Kobe au cours duquel plus de 6.000 personnes trouvèrent la mort. « En trois mois, le yen s'était apprécié de 23 %, » se souvient Didier Borowski, responsable de la stratégie taux et changes chez Amundi.

Le mouvement de revalorisation du yen n'a pas encore atteint une telle ampleur mais il est déjà perceptible. Le 16 mars, soit cinq jours après le séisme et le tsunami qui ont ravagé les régions septentrionales du Japon, un dollar ne s'échangeait plus que contre 78,35 yens quand le 11 mars il en fallait 83. La monnaie nippone a même momentanément atteint ce jour-là un record face au billet vert à 76,52 yens pour 1 dollar - un niveau inédit depuis la seconde guerre mondiale.

L'explication de ce phénomène est simple. « Les Japonais qui détiennent beaucoup de titres à l'étranger les vendent et rapatrient les fonds obtenus afin de financer la reconstruction. Ce mouvement soutient la devise japonaise, » relève Bruno Vanier, co-directeur des Gestions d'Edmond de Rothschild Asset Management, « et cela fait baisser un peu le niveau de liquidités dans le reste du monde. »

Du côté d'Amundi, Didier Borowski ne croit cependant pas que le rapatriement de capitaux que mettent en place les compagnies d'assurance nippones puisse faire connaitre au yen une ascension aussi marquée qu'en 1995 : « Comme nous nous y attendions, le G7 est intervenu dans la nuit du 17 et du 18 mars pour calmer l'emballement autour du yen et la banque du Japon se montrera très certainement plus proactive qu'elle ne l'a été après Kobe. »

En outre, selon le responsable de la stratégie taux et changes d'Amundi, le regain de vigueur du yen, quelle que soit son ampleur, ne devrait pas pénaliser davantage des entreprises japonaises dont l'activité est d'ores et déjà désorganisée par les catastrophes naturelle et nucléaire qui frappent le pays. « La hausse du yen ne constituera qu'un choc temporaire et les pertes de compétitivité induites ne devrait pas être trop importantes. En 1995, le yen était revenu à ses niveaux d'avant Kobe au bout de six mois. Et puis, les entreprises japonaises ne sont de toute façon pas forcément en mesure de répondre à la demande, compte tenu de la désorganisation momentanée qui est la leur et celle du pays. Autrement dit, la hausse du yen survient au moment les entreprises japonaises sont le moins en mesure d'exporter. Il s'agit d'un moindre mal. Bref, la hausse du yen devrait avoir in fine peu d'impact... sous réserve qu'elle demeure temporaire. »

Les articles du dossier


© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "La fausse énigme du yen qui monte" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 237 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
A court ou long terme, avec plus de 4 100 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)