1. Impôts & fiscalité
  2. ISF 2019
  3. A Plus Finance veut toujours allèger votre ISF au travers des FIP et FCPI

A Plus Finance veut toujours allèger votre ISF au travers des FIP et FCPI

25/05/2011 - 09:17 - Une production A Plus Finance (mis à jour le : 17/04/2015 - 17:09)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Société de gestion indépendante, A Plus Finance gère à ce jour un encours de 330 millions d'euros à travers notamment des FCPI ISF et des FIP ISF. Des produits de placements qui permettent aux particuliers de cumuler investissement rigoureusement sélectionnés et réduction d'ISF. Un avantage qui selon Guillaume de Trogoff, directeur commercial d'A Plus Finance n'est pas menacé par la réforme de l'ISF en 2011.


L'annonce du projet de réforme de l'ISF a déstabilisé de nombreux contribuables jusqu'à présent soumis à l'ISF. Vont-ils devoir payer l'ISF en 2011 et si oui peuvent toujours bénéficier d'une réduction en investissant dans des placements ISF PME ?

Les patrimoines d'au moins 1,3 million d'euros restent soumis à l'ISF en 2011


Pour Guillaume de Trogoff, directeur commercial d'A Plus Finance, la réponse est sans équivoque « Pour un patrimoine inférieur à 1,3 million d'euros, il n'y a plus d'ISF à payer, et pour un patrimoine supérieur à 1,3 million d'euros, il y a un ISF à payer, dans les mêmes conditions que les années passées. » Les produits phares d'A Plus finance, fonds commun de placement dans l'innovation (FCPI) et fonds d'investissement de proximité (FIP), sont donc, selon lui, « toujours intéressants à la fois pour les assujettis à l'ISF, qui jouissent d'une réduction de 50 % et pour les PME qui ont besoin de lever des fonds dans le contexte actuel. »

Un bon investissement allié à une réduction d'ISF de 18.000 euros


Au titre de l'ISF 2011, ces véhicules d'investissement collectifs, que sont les FIP et les FCPI, ouvrent droit à une réduction d'ISF qui peut atteindre jusqu'à 50 % du montant de l'investissement à concurrence d'un plafond de 18.000 euros. La réduction d'ISF sera de 50 % à condition que le fonds soit pleinement investi dans les PME éligibles à la réduction d'ISF. Les FIP et un FCPI, commercialisés en 2011 par A plus finance, permettent de profiter d'une réduction d'ISF maximale puisque comme le précise son directeur commercial A Plus Finance propose, « deux fonds [...] investis à 100 % [dans des PME éligibles], l'investisseur bénéficiera d'une réduction de 50 % ». En 2011, A Plus Finance a donc« choisi de structurer cette année une offre double, c'est-à-dire [...] un FCPI et un FIP. »

A plus Finance présente le FCPI A Plus E-business 11


Un FCPI au nom relativement évocateur puisqu'il s'agira du FCPI A Plus E-business 11. La thématique est tout l'univers d'Internet, plus particulièrement le e-commerce, cela fait un certain nombre d'années que la société de gestion travaille sur ces secteurs et quatre ans qu'elle investit de manière importante dans ce domaine. Une ancienneté qui pour Guillaume de Trogoff confère « une légitimité, une vraie expertise, et on ne peut pas sectoriser un fonds, même s'il est sectorisé, il reste diversifié parce que le secteur d'Internet c'est certes le e-commerce, mais c'est aussi le développement de logiciels, fabrication de matériel informatique, stockage des données, cryptages, etc. On reste sur un secteur large, mais qui est spécialisé dans cet univers d'Internet. » Pour diversifier les risques, qui malgré toutes les précautions prises par Les gérants sont toujours présents le FCPI A Plus E-business 11 investira dans quinze à vingt sociétés. Rassurant, le directeur commercial de la société de gestion explique que les « gérants ont développé une manière d'appréhender et d'accompagner ces PME et de les valoriser, parce que c'est important aussi, depuis une dizaine d'années. C'est un secteur qui est de plus en plus mûr, il représente aujourd'hui 3,2 % du PIB en France et il participe à hauteur de 25 % à la croissance du PIB français. Donc c'est vraiment un secteur moteur pour la croissance en France. »

Le deuxième véhicule ouvrant droit à une réduction d'ISF sera un FIP, A Plus Mixte Capital 11


Pour compléter son offre et permettre aux épargnants de bénéficier d'une offre variée. Un deuxième véhicule de placement est ouvert à la souscription, le FIP, A Plus Mixte Capital 11. Tout comme pour le FCPI, la souscription est ouverte jusqu'au 30 septembre, puisqu'il est possible cette année de déclarer l'ISF jusqu'au 30 septembre. Contrairement au FCPI, son positionnement n'est pas du tout sectoriel, il sera plutôt sur une typologie d'entreprises particulière. La société de gestion sélectionnera des « entreprises beaucoup plus mûres, à un stade de développement avancé par rapport à celles que nous accompagnons traditionnellement dans ce type de véhicule. » explique Guillaume de Trogoff. Pour financer leur croissance leur PME, les entrepreneurs veulent lever des fonds sans avoir à accueillir de nouveaux actionnaires. Le fonctionnement des obligations convertibles répond à cette demande. Un avantage pour les PME et les investisseurs. Selon le directeur commercial de la société de gestion le FIP A Plus Mixte Capital 11 offre « un couple rendement/risque réellement atypique dans l'univers du capital-investissement de par la nature des PME, leur stade de maturité et le fait que nous ne soyons pas en capital, mais en dette avec possible accès au capital à l'échéance. ».

L'investissement dans des FIP et des FCPI comporte un risque et des contraintes que l'épargnant doit intégrer


En tout état de cause, l'investissement dans des fonds ISF, FIP et FCPI reste risqué, peu liquide et soumis à une réglementation stricte. Les capitaux investis ne sont pas garantis et sont immobilisés pendant au moins cinq ans. Malgré toutes les précautions prises par A Plus Finance, le financement de PME relativement jeunes comporte un risque qui ne peut être complètement effacé mais qui est partiellement compensé par l'avantage fiscal. Par le passé, les gérants d'A Plus Finance ont su limiter les risques tout en offrant une bonne performance aux épargnants qui ont profité des FIP et FCPI pour réduire leur ISF. Le premier fonds lancé par A Plus Finance en 2001, A Plus Innovation 1, liquidé au bout de huit ans, « sans proroger, conformément à nos engagements, » insiste Guillaume de Trogoff qui précise également que « l'investisseur qui nous avait confié 100, nous lui avons rendu 149, donc il a obtenu une performance nette hors avantage fiscal de 49 %. »

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "A Plus Finance veut toujours allèger votre ISF au travers des FIP et FCPI" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +