1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. L'homme qui lisait l'avenir (de la bourse) dans les gratte-ciel

L'homme qui lisait l'avenir (de la bourse) dans les gratte-ciel

09/06/2011 - 18:01 - Sicavonline - Vincent Bezault



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




L'homme qui lisait l'avenir (de la bourse) dans les gratte-ciel

Gunter Löffler, chercheur reconnu de l'université d'Ulm, vient de démontrer le lien entre construction de gratte-ciel devant atteindre des hauteurs record et... sous-performance des marchés boursiers.

L'art divinatoire qui consiste à prédire la direction que les marchés actions emprunteront se pratique de moult manières et selon bien des cultes. Dans certaines chapelles, on sait, dit-on, extrapoler la future trajectoire des indices en louchant sur des graphiques, des courbes, ou bien encore en devinant chandeliers japonais, double bottoms, dojis, et autres figures dans les sinuosités que les cours tracent au fil des séances.

Dans d'autres églises, où l'ésotérisme a, a priori, moins droit de cité, on plonge dans les entrailles des économies, on dissèque les viscères des entreprises pour en extraire les chiffres qui permettront d'anticiper le devenir des marchés actions. Chez d'autres encore, qui estiment que tout est bon à prendre et que dans le doute mieux vaut s'en remettre à la protection de tous les saints de l'univers, on pratique le syncrétisme. Et, comme de bien entendu, les tenants de ces divers dogmes prédictifs et des multiples sous-doctrines qui les ramifient se disputent le premier rang de l'excellence prophétique. Au-delà des faits qui leur donnent souvent raison... ou tort, une fois sur deux, une nouvelle école pourrait bien tous les mettre d'accord : celle de ceux qui lisent l'avenir de la bourse dans le ciel... ou plutôt dans le gratte-ciel.

Gunter Löffler, très sérieux et très reconnu professeur de Finance à l'Université d'Ulm, à qui l'on doit des conférences sur des thèmes aussi existentiels que « La Richesse rend-elle heureux ? », vient d'apporter la démonstration que lors des 3 à 5 ans suivant la mise en chantier d'un gratte-ciel destiné à établir un nouveau record de hauteur, le rendement des marchés actions était 10 % inférieur en moyenne que ce qu'il est les autres années.

Afin d'en arriver à cette édifiante conclusion, Herr Löffler a compilé et mis en équation les données disponibles depuis 1871. Ce qui lui permet de soutenir que la capacité à prédire les mouvements des marchés actions à partir des projets de construction de tours est « significative et stable » dans le temps, et beaucoup plus fiable que le ratio cours/dividende.

Les travaux de l'universitaire allemand ont mis en lumière que la mise en chantier d'un gratte-ciel de hauteur record, plutôt que l'achèvement de sa construction, se révélait le meilleur indicateur avancé du comportement des marchés actions à moyen terme.

Car le premier coup de pelle d'un projet aussi ambitieux est invariablement le reflet d'un excès d'optimisme, dont le moindre des effets secondaires n'est pas la survalorisation des marchés boursiers. Et comme nul ne l'ignore, la survalorisation, tout comme la sous-valorisation du reste, appelle immanquablement correction. D'où l'étroite corrélation entre bourse et gratte-ciel. Une corrélation que de nombreux exemples viennent étayer.

La construction du One World Trade Center (541 m), censé combler le vide laissé par les Twin Towers, fut entamée en 2006. Celle du Chicago Spire, un gratte-ciel hélicoïdal et résidentiel devant culminer à 609,5 mètres, fut pour sa part lancée en juin 2007. On sait ce qu'il advint des marchés dans les années qui suivirent et la crise financière eut au demeurant raison de la poursuite des travaux du Chicago Spire, le chantier étant abandonné fin 2008.

La construction de l'Empire State Building débuta, quant à elle, en janvier 1930. Le Dow Jones perdit l'année suivante 52,6 % cependant que l'Amérique s'enfonçait plus avant dans la Grande Dépression.

Les études de Gunter Löffler prouvent que si les projets immobiliers américains les plus vertigineux augurent très précisément de lendemains qui déchantent à Wall Street, la corrélation entre gratte-ciel et sous-performance des indices boursiers est également patente dans le reste du monde, même si moins criante.

Or, on remarquera que la Chine avec le Chow Tai Fook Center à Guangzhou, bâtiment qui comportera 116 étages et atteindra 530 mètres de hauteur, le Shanghai Center (127 étages, 632 mètres), le China 117 à Tianjin (117 étages et 597 mètres), l'Inde avec l'India Tower à Bombay qui devrait se hisser à 720 mètres, ou bien l'Arabie Saoudite qui a le projet de ravaler au rang de nain de jardin le Burj Khalifa de Dubaï, aujourd'hui l'édifice le plus élevé au monde avec ses 828 mètres, en bâtissant une Kingdom Tower, haute de 1,6 km, accumulent les défis aux lois de la pesanteur. Enfin, à Paris, les tours Hermitage Plaza, dont les 323 mètres feront d'elles les plus hautes d'Europe, verront leurs travaux débuter sans doute fin 2011. Le signal peut-être que l'heure de refaire du cash dans les portefeuilles n'est plus très éloignée...

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "L'homme qui lisait l'avenir (de la bourse) dans les gratte-ciel" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit