1. Accueil
  2. >
  3. S'informer
  4. >
  5. Actualités financières
  6. >
  7. Bourse
  8. >
  9. Le marché boursier n'a fait que corriger ses excès

Le marché boursier n'a fait que corriger ses excès

23/03/2020 - 15:23 - Sicavonline - La Rédac' (mis à jour le : 04/05/2020 - 12:52)


Le marché boursier n'a fait que corriger ses excès

Le 19 mars, Véronique Riches-Flores nous accordait un long entretien que nous avons diffusé sur notre chaîne YouTube. A cette date, le CAC 40 abandonnait 37 % depuis le 1er janvier. Pour autant, cette dégringolade corrige avant tout les excès passés, estime Véronique Riches-Flores dans cette première partie de la version rédigée de son interview, qui au total en compte quatre.

Vincent Bezault : Nous allons comme à notre habitude traiter d'économie et de finance.
Bien sûr, l'urgence est d'abord sanitaire, mais comme nous allons le voir, et comme certains de nos invités nous l'ont déjà dit, le coronavirus a de multiples conséquences. Il met sous tension extrême le système financier et l'économie mondiale.
Véronique Riches-Flores, nous avons eu l'occasion de vous recevoir plusieurs fois ces derniers mois, et vous insistiez sur l'exubérance irrationnelle des marchés actions que vous trouviez survalorisés. La crise du coronavirus a fait plonger les indices boursiers partout dans le monde.
A l'heure où nous parlons, et je précise que nous sommes le 19 mars, le CAC 40 abandonne 37% depuis le début d'année. La bourse est un thermomètre qui indique la tendance mais parfois à l'outrance. Autrement dit, elle indique, bien souvent avec justesse, la direction, mais elle force le trait tout aussi fréquemment. En l'occurrence, certains nous disent qu'elle est aujourd'hui dans l'excès, que les marchés vont trop loin et intègrent très largement les mauvaises nouvelles, qui s'accumulent sur le front économique. Alors qui a tort ? Ces derniers ou les marchés ?

Véronique Riche-Florès : C'est vrai que la correction des marchés est exceptionnelle et l'on pourrait considérer qu'à de tels degrés de correction, visibles sur tous les indices boursiers mondiaux quasiment, toutes les mauvaises nouvelles fussent intégrées. Ce n'est pas tout à fait mon analyse, notamment parce, comme vous le disiez tout à l'heure, je suis intervenue, plusieurs fois ces derniers temps, surtout pour souligner à quel point nous étions dans un contexte d'exubérance. On a tendance à parler d'exubérance irrationnelle, je pense que le terme s'appliquait particulièrement aux marchés ces derniers mois, entre octobre et janvier, et plus fondamentalement depuis plusieurs années.

Que s'est-il passé ? Nous avons eu une période exceptionnelle, où les banquiers centraux ont injecté des liquidités considérables dans l'économie mondiale et dans les circuits économiques pour essayer de maintenir la croissance à flot et en particulier faire remonter l'inflation. Il y a bien eu inflation mais pas du côté des biens. On a eu surtout de l'inflation du côté des actifs, c'est le résultat de cette politique monétaire. Quand vous avez beaucoup de liquidités, que vous êtes investisseur, vous allez chercher à investir et si les taux d'intérêt sont extrêmement bas, ce qu'ils ont été, notamment depuis l'été dernier puisqu'ils ont rebaissé très fortement, vous allez chercher du rendement là où il y en a, et il existe une loi sur les marchés : si on veut du rendement, il faut prendre du risque. C'est ce qu'ont fait les investisseurs de manière massive, à un point qui, depuis plusieurs mois maintenant, suggérait que ces tendances ne pouvaient pas durer et qu'elles conduiraient probablement à une crise.
On ne savait pas ce qui allait provoquer la crise, d'où viendrait l'étincelle ou la très mauvaise nouvelle qui susciterait cette bascule. Le coronavirus est en train de jouer ce rôle. Par conséquent, nous avons de bonnes raisons économiques de voir les marchés corriger, mais également une situation de départ qui était totalement anormale.

J'illustrerai juste avec le graphique ci-dessous qui représente l'évolution de l'indice S&P 500 américain, ces dernières années sur le long terme, au regard des profits des sociétés américaines.
Vous voyez que depuis 2012 et le pic avant la correction, on a un indice qui a plus que doublé et des profits des sociétés américaines, avant impôts, qui n'ont pas bougé, des profits domestiques qui ont même plutôt reflué ces derniers trimestres, et même en fait depuis mi-2017.
 

Le marché boursier n'a fait que corriger ses excès

 Malgré tout, en raison de ce contexte de politique économique et monétaire et de l'espoir que cette politique monétaire finisse par entretenir une croissance future (que du reste les économistes avaient de plus en plus de mal à entrevoir), on a eu ce phénomène spéculatif qui ne pouvait absolument pas durer. Cependant, comme toujours, dans ces contextes, on ne sait jamais combien de temps les choses peuvent perdurer et ce qui va les faire basculer.
Je crois que la crise, aujourd'hui, est un élément qui effectivement provoque cette correction, ce qui explique sans doute la violence de la réaction également à cette crise du coronavirus, une violence qui interpelle et fait dire à certains que les marchés sont survendus (au 19 mars) au regard de la réalité économique. Non, pour ma part, je pense que les investisseurs vendent le marché parce qu'il était suracheté et qu'aujourd'hui, par ailleurs, il y a de très bonnes raisons d'être préoccupé au sujet de l'avenir économique à court terme.



 

© Synapse. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapse font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Le marché boursier n'a fait que corriger ses excès" :




Abonnez-vous à notre newsletter
Actualités financières et patrimoniales, opportunités d’investissement, analyse et conseil.
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Actualités financières et patrimoniales, opportunités d’investissement, analyse et conseil.
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :

SICAV et FCP les plus vus


Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 2 800 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

Investir avec Sicavonline

Souscription sicavonline

Souscription en ligne

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagner en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

Des frais réduits

Nos équipes négocient avec les sociétés de gestion des frais réduits.
        

Contacter Sicavonline

Des professionnels
à votre écoute

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi : 0 805 09 09 09 (appel gratuit)