1. Impôts & fiscalité
  2. ISF 2019
  3. Réduction ISF PME : le Sénat veut centrer l'avantage fiscal sur les PME ayant une activité réelle

Réduction ISF PME : le Sénat veut centrer l'avantage fiscal sur les PME ayant une activité réelle

17/06/2011 - 15:28 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Réduction ISF PME : le Sénat veut centrer l'avantage fiscal sur les PME ayant une activité réelle

Depuis le 1er janvier 2011, le bénéfice de la réduction ISF PME est subordonné à une condition d'effectif salarié dans la société financée. Une condition que les députés ont partiellement supprimée lors de l'examen de la réforme de l'ISF mais qui pourrait bien être rétablie par les sénateurs.

Alors que les députés ont partiellement supprimé la condition d'effectif salarié pour l'éligibilité des PME aux dispositifs de réduction ISF PME et IR PME, la commission des finances du Sénat souhaite la rétablir pour éviter que les dispositifs fiscaux soient utilisés pour financer des PME sans réelle activité.
A la fin de l'année 2010, la loi de finances 2011 a introduit plusieurs dispositions anti-abus dans le cadre des réductions d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et d'impôt sur le revenu (IR) accordées aux particuliers qui investissent dans des PME. Pour être éligibles à la réduction ISF PME ou IR PME, l'entreprise doit désormais compter au moins deux salariés à la clôture du premier exercice au titre duquel des souscriptions ouvrant droit à la réduction d'ISF ou d'IR sont effectuées dans la société (ou un seul salarié s'il s'agit d'une entreprise inscrite à la chambre des métiers).

Quand l'Assemblée nationale adoucit le dispositif ISF PME...

Selon le député de l'Indre à l'origine de l'amendement à l'Assemblée nationale, la condition d'effectif salarié est « préjudiciable aux investissements directs dans des PME qui, précisément dans leurs premières années d'activité, quand elles sont en phase d'amorçage ou de démarrage, ne disposent pas des moyens financiers leur permettant de rémunérer du personnel salarié. Elle est également préjudiciable aux investissements indirects via des Holding. ». Nicolas Forissier a donc proposé un amendement, adopté par ses pairs, qui prévoit la suppression de la condition d'effectif salarié pour l'investissement directs et pour ceux réalisés par le biais de Holding, deux des dispositifs ouvrant droit à la réduction ISF PME. En revanche, le respect de cette condition resterait en vigueur pour les investissements via des FIP et des FCPI.

... Le Sénat réaffirme le besoin de mettre en place des dispositifs anti-abus

Un point de vue que ne partage pas Philippe Marini, rapporteur général de la commission des finances du Sénat, qui a tout simplement proposé d'abroger l'amendement du député Nicolas Forissier. Ce qui revient donc à ne rien changer quant à la condition d'effectif salarié. Le sénateur ne veut pas que la réduction ISF PME serve à financer des coquilles vives ou encore des sociétés ne créant pas durablement d'emplois.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Réduction ISF PME : le Sénat veut centrer l'avantage fiscal sur les PME ayant une activité réelle" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +