1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Crise grecque : embellie durable ou simple répit ? Les réponses de J.P. Morgan AM

Crise grecque : embellie durable ou simple répit ? Les réponses de J.P. Morgan AM

06/07/2011 - 17:31 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Crise grecque : embellie durable ou simple répit ? Les réponses de J.P. Morgan AM

Si à court terme le plan d'austérité mis en place par la Grèce et le déblocage de l'aide européenne évitent l'écueil du défaut de paiement, pour les experts de JP Morgan Asset Management, les problèmes de solvabilité d'Athènes sont loin d'être résolus. Restant optimiste, la société de gestion examine d'autres solutions pour éviter la banqueroute grecque pendant au moins cinq ans et se laisse à rêver à une véritable Union budgétaire de la zone européenne.

A la suite du vote par le parlement grec du plan du nouveau plan d'austérité, la situation globale de la Grèce et des marchés connaît une indéniable amélioration. C'est ce que met en avant l'équipe Global Multi Asset Group de JP Morgan Asset Management: «Le risque d'un défaut immédiat de la Grèce sur sa dette s'est dissipé au milieu de la semaine dernière suite au vote par le Parlement grec d'un nouveau train de mesures d'austérité. Ce vote devrait ainsi ouvrir la voie à un prochain déblocage de fonds par l'UE/le FMI d'ici la mi-juillet.»

Un repli significatif des spreads grecs

Car selon JP Morgan, les indices de cette embellie sont tangibles : «Les marchés ont immédiatement accueilli cette évolution positive de la situation avec soulagement. Les spreads se sont nettement contractés par rapport aux Bunds allemands, de 1 500 points de base (pb) dix jours plus tôt à 1 330 pb tout juste après le vote. Dans le même temps, les spreads des CDS de la Grèce se sont repliés de 235 pb sur la semaine à 1 950 pb, tout en continuant toutefois d'intégrer une probabilité de 80 % d'un défaut dans les cinq ans. »

La catastrophe grecque évitée à brève échéance

Malgré tout, les experts de JP Morgan Asset Management en ont la ferme conviction : « d'un point de vue fondamental, très peu de choses ont changé. Les problèmes de la Grèce (et probablement des pays périphériques) ont uniquement été différés et non pas résolus. Le vote du Parlement intervenu la semaine dernière n'a eu aucun impact sur la compétitivité du pays pas plus qu'il est susceptible de mettre fin aux retraits de dépôts auxquels sont confrontées les banques grecques. Le rebond des marchés pourrait bien avoir fait suite à la clôture de positions vendeuses en rachetant un nombre équivalent de titres (« short covering »). Aussi, les investisseurs seraient bien avisés de ne pas devenir trop euphoriques,» conseillent les spécialistes de chez JP Morgan.

Des solutions à cette situation provisoire ?

A cette situation fort ambigüe, la société de gestion JP Morgan Asset Management envisage deux palliatifs. La première prendrait la forme d'un échange de dette : « A moins qu'une solution d'échange de dette puisse être élaborée sur la base de taux d'intérêt nominaux inférieurs (équivalant ainsi à une subvention) sur la dette grecque (ce qui serait synonyme d'un transfert budgétaire), la solvabilité ne se sera en rien améliorée. En effet, tout échange de dette sera probablement autant dans l'intérêt des créanciers de la Grèce, ce qui serait une solution ingénieuse pour leur éviter de devoir faire l'impasse dans l'immédiat sur une partie de leurs capitaux prêtés, »font remarquer les spécialistes de JP Morgan AM.

La seconde irait plutôt dans le sens d'une véritable union budgétaire de la zone euro : « Le risque de défaut de paiement pourrait rapidement s'évanouir en cas de progression rapide vers une véritable union budgétaire, tout particulièrement si celle-ci s'accompagnait de garde-fous empêchant les principaux pays créanciers (l'Allemagne en l'occurrence) d'avoir à financer à perpétuité les déficits du Sud. Ainsi, les récents propos du président de la BCE, Jean-Claude Trichet, suggérant la création d'un ministère des Finances de la zone euro ont trouvé écho. Si le FESF et son successeur, le MES, levaient des capitaux garantis par les membres de la zone euro sur la base de leur poids économique, c'est-à-dire lever des capitaux avec des conditions d'emprunt associées à une note AAA (ou proche de AAA), cela ne manquerait pas d'aider les pays périphériques à renouveler leur dette à des taux moins onéreux. »

La situation de la Grèce reste préoccupante à longue échéance

Cependant, les experts de JP Morgan AM restent réalistes quant à l'efficacité à long terme des portes de sortie envisagées : « Un « accord global » dans la zone euro pourrait avoir un important effet positif sur le sentiment des investisseurs à court terme, mais il ne résoudrait pas pour autant les problèmes à plus long terme que sont la compétitivité ou l'illiquidité des banques de la région. Mais, à défaut d'autre chose, cela permettrait au moins de patienter pendant quelque temps encore. »

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Crise grecque : embellie durable ou simple répit ? Les réponses de J.P. Morgan AM" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit