1. Bourse & Sicav
  2. Les gérants au crible
  3. Des Small Caps intéressantes mais délaissées faute d'information

Des Small Caps intéressantes mais délaissées faute d'information

25/05/2011 - 10:59 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Des Small Caps intéressantes mais délaissées faute d'information

Arnaud Riverain, associé de GreenSome Finance, regrette que près de 70% des Small Caps (275 valeurs) ne soient pas ou très peu suivies par les marchés. Un manque d'information qui conduit les investisseurs à délaisser des valeurs aux perspectives portant attrayantes et à remettre en cause l'intérêt des petites sociétés à s'introduire en Bourse.

Le marché des Small Caps à Paris reste un marché jeune qui a véritablement émergé à partir de 1998. Contrairement au marché des Large, il est nettement plus local ; à savoir que ce sont essentiellement des investisseurs français qui iront sur des Small françaises alors que pour le CAC 40 on estime à plus de 50% le taux de détention par des investisseurs étrangers.

Le marché des Small Caps essentiellement franco-français

Ces éléments restreignent d'autant plus le nombre d'investisseurs potentiels et donc la quantité de fonds à allouer. Enfin, les tailles même des entreprises induisent une liquidité moindre et dans des phases de retournement créent un risque plus important pour le gérant dans sa capacité à faire tourner son portefeuille.

Un marché pas encore assez liquide

L'ensemble de ces éléments explique que les Small Caps soient nettement moins suivies par les bureaux d'analyse que les Large qu'elles soient plus nombreuses. Le marché est plus étroit en termes de liquidité donc moins rémunérateur.
Par ailleurs, avec la crise de 2008, de nombreux bureaux d'études, et même ceux spécialisés sur les Small Caps, ont dû rehausser le niveau minimum de capitalisation pour suivre un émetteur. Aussi, aujourd'hui on constate que les Small Caps sont de plus en plus délaissées du fait essentiellement d'une liquidité considérée comme trop faible pour justifier d'y dédier des ressources de suivi récurrent.

Certaines Small Caps ne sont pas du tout suivies sur les marchés

Si l'on fait un constat sur le CAC Small (237 valeurs) et Alternext (162 valeurs), qui sont les indices de référence pour les Small Caps (capitalisation moyenne flottante inférieure à 100 M¿), on se rend compte qu'une partie de la cote est totalement délaissée.

47% des valeurs cotées sur le CAC Small et Alternext ne font l'objet d'aucun suivi de la part d'analystes « sell-side ». 22,4% ne sont suivies que par 1 analyste, souvent du fait de ce que l'on appelle les contrats d'animations - les sociétés de Bourse s'engagent à suivre une valeur, s'occupent de sa cotation et organisent des événements marketing.




On se rend donc compte que près de 70% des Small Caps (275 valeurs) ne sont pas ou très peu suivies. Certes, l'effet taille joue étant donné que les valeurs non suivies sur le CAC Small affichent une capitalisation flottante moyenne de 48 millions d'euros contre 78 millions d'euros sur l'ensemble de l'indice.

Des entreprises novatrices aux perspectives attrayantes

Néanmoins, nombre d'émetteurs ont certainement des positionnements novateurs et des perspectives attrayantes à long terme.
D'autres peuvent sortir de périodes délicates mais ont à nouveau des « histoires à raconter » aux marchés.
Au regard de ce que l'on observe, certains émetteurs peuvent donc se retrouver sans audience alors qu'ils sont venus sur les marchés pour être accompagnés dans leur vie économique. Se pose alors la question de l'intérêt d'être coté alors que leur taille ne les rend pas plus attrayants économiquement pour les bureaux d'étude.
Ainsi, déjà que l'on se pose régulièrement la question de l'efficience des marchés, si plus de 50% des valeurs qui les constituent ne fait plus l'objet d'un accompagnement critique et objectif, il est évident que cette efficience disparait totalement.

Arnaud Riverain


© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Des Small Caps intéressantes mais délaissées faute d'information" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit