1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Immobilier ancien : une hausse des prix en trompe l'œil

Immobilier ancien : une hausse des prix en trompe l'œil

05/07/2011 - 17:16 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Immobilier ancien : une hausse des prix en trompe l'œil

A l'occasion de la publication des derniers chiffre-clés du marché immobilier au 1er semestre, Century 21 ne s'en tient pas à son apparente vigueur. La bonne tenue des prix, qui progressent encore en moyenne de 7,4 %, doit, en effet, être appréhendée avec beaucoup de prudence puisqu'ils cachent de fortes disparités entre régions, qui pour certaines connaissent déjà des baisses de prix. Le marché serait-il sur le point de se gripper ou de se réajuster ? Seule certitude, le volume des transactions s'est contracté de plus de 7 % entre les 1ers semestres 2010 et 2011.

Les prix des logements anciens poursuivent leur envolée et enregistrent au niveau national une nouvelle hausse de 7,4% sur un an après avoir déjà fortement progressé en 2010 (+ 8,7%), selon les chiffres du premier semestre 2011 relevés par Century 21.

Une hausse des prix immobiliers en pointillés

Une vigueur apparente que le réseau d'agences immobilières tempère sans ménagement en précisant qu' « il serait bien imprudent de parler d'un marché en pleine santé ».
Ce nouveau renchérissement des prix immobiliers cache en effet d'importantes disparités entre les régions.

Les prix des logements baissent dans six régions de France

Six d'entre elles enregistrent même une baisse des prix sur douze mois : la Bourgogne (- 6,9 %, l'Alsace (4,3 %), l'Aquitaine (-2,6 %), l'Auvergne (-1,1 %), le Limousin (- 0,77 %) et le Nord / Picardie (- 0,06 %).

A Paris, les records de prix tombent un à un

A l'opposé, la Capitale vole de records en records et le m2 à Paris a dépassé, au 1er semestre 2011, les 8.300 euros pour atteindre 8.344 euros, soit une progression de plus de 15,6% sur un an. Ces résultats spectaculaires tirent la moyenne nationale vers le haut, tout comme ceux des départements d'Ile-de-France où la hausse sur un an reste forte et atteint plus de 10 %. Les villes de Lyon et Marseille affichent elles aussi des prix en hausse respectivement de 6,85 % et 4,92 %.

Net tassement du nombre de transactions sur le territoire national

Malgré cette progression continue des prix, le marché immobilier montre des signes de grippage avec un net tassement du nombre de transactions globales, - 7,1% entre le 1er semestre 2010 et le 1er semestre 2011. Laurent Vimont, président de Century 21 voit dans cette baisse d'activité « une autorégulation du marché pour éviter qu'une bulle immobilière se forme.
« Dans toutes les régions où les prix progressent de plus de 3%, l'activité freine brutalement jusqu'à ce que ces derniers s`assagissent et deviennent favorables à une reprise des transactions », constate Century 21. Toute la France connaît ce cycle (progression des prix trop rapide, contraction de l'activité puis modération des prix et reprise des transactions) à l'exception de Paris dont le nombre de transactions est en retrait de seulement 0,95%. Un cycle qui explique le regain de dynamisme dans certaines régions touchées par des baisses de prix.

Century 21 anticipe une baisse généralisée mais contenue des prix

Le réajustement des prix à la baisse, observé dans ces six régions de Province, va vraisemblablement se diffuser dans toutes celles qui ont enregistré des progressions de prix trop rapides. De ce fait, le réseau immobilier n'exclut pas que « ces corrections touchent les départements franciliens. »
En l'absence d'un tel réajustement à la baisse suffisamment rapide, Century 21 anticipe que « le marché n'aura pas d'autre alternative que d'accuser un net repli de son activité. » De plus, il est à craindre qu'une nouvelle évolution des taux d'intérêt écarte d'un seul coup une frange plus large de la population alors que sont déjà fortement pénalisés les ménages les plus modestes et les primo accédants. Dans ce contexte, les auteurs de l'étude indiquent que « les vendeurs devront absolument intégrer dans leur prix de mise en vente l'impact des modifications des conditions de crédit apportées aux ménages. »

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Immobilier ancien : une hausse des prix en trompe l'œil" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.