1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Fin du Quantitative Easing : un mal pour un bien ?

Fin du Quantitative Easing : un mal pour un bien ?

03/07/2013 - 17:59 - Sicavonline - Olivier Berthier - Delubac Obligations



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Fin du Quantitative Easing : un mal pour un bien ?

A l'heure de l'arrêt annoncé du « QE », nombreux sont les investisseurs redoutant la fin effective des injections de liquidités. Pour autant, doit-on s'attendre à un plongeon des marchés ? Selon Olivier Berthier, gérant de Delubac Obligations, il n'en est rien puisque le retrait progressif de la Fed met les bourses sur la voie d'un nécessaire retour à la réalité. Le gérant de Delubac Obligations met en lumière, dans sa note mensuelle, ce qu'il considère comme les bienfaits d'un retour à la mesure des banques centrales.

L'annonce d'une fin programmée du Quantitative Easing n'est pas une surprise en soi, mais elle a ramené les opérateurs à la réalité : un retour à des marchés guidés par les fondamentaux plutôt que par les interventions des banques centrales. En se remettant en perspective, les taux français à 10 ans ne sont qu'à leur niveau de juillet 2012. A cette date, les mesures non conventionnelles européennes et outre-Atlantique étaient déjà bien lancées et le niveau des taux était déjà structurellement bas.

L'indice Itraxx Main - qui reflète le niveau des CDS de 135 entreprises européennes Investment Grade, et donc l'appréciation qu'a le marché du risque - après un plus bas en mai, n'est revenu qu'à son niveau de mars 2013!

La remontée des taux peut sembler négative à court terme pour le marché obligataire. En effet, toutes choses égales par ailleurs, lorsque les taux montent, le prix des obligations baisse. Il faut cependant raisonner sur l'ensemble de la courbe :
-Est ce que le mouvement de la courbe est parallèle, c'est-à-dire, est ce que les taux courts et les taux long évoluent de concert?
-Est ce que les taux courts (taux directeurs) remontent plus vite que les taux longs (situation de bear flattening) ?
-Est ce que les taux longs remontent plus vite que les taux courts (situation de bear steepening) ?

En l'occurrence, nous sommes dans le troisième cas, en particulier avec la courbe des taux US. Un portefeuille dont la duration est courte sera moins sensible à une situation de Bear Steepening. Quand nous étudions les mouvements sur les taux, il faut également différencier le niveau des taux de référence gouvernementaux et les niveaux des spreads qui reflètent le risque de crédit d'une obligation corporate, représenté par les niveaux de CDS. Ce spread de crédit est souvent lié à l'évolution des cours de l'action, si elle existe, de l'entreprise.

Cette hausse des marchés actions, et indirectement des obligations corporates, sera sans doute régulièrement contestée, sans toutefois entrer dans l'immédiat dans un bear market, aux moindres doutes sur la poursuite des politiques monétaires non conventionnelles devenues aujourd'hui « la norme ».

Ces politiques ne pourront être remises en question qu'à partir du moment où certains indicateurs de croissance seront atteints, en particulier les niveaux de chômage et d'inflation, même pour les Etats-Unis qui connaissent déjà un retour de la croissance nominale.

Mais est ce que l'Europe a les moyens de répliquer la politique américaine ?

Pour le moment non, la Réserve Fédérale Américaine (FED) poursuit ses opérations de Quantitative Easing qui avoisinent les 85 milliards de dollars par mois par le rachat de RMBS (dettes immobilières hypothécaires titrisées) et d'obligations. A titre illustratif, cela correspondrait à près de 140 milliards d'euros annuel pour la France rapportés au niveau de son PNB, alors que notre déficit est déjà de 90 milliards d'euros.

La différence?

La France, comme les autres pays de l'Union Européenne, emprunte sur le marché, alors que l'état fédéral américain emprunte à la FED qui a un pouvoir de création monétaire illimité.

Quel positionnement adopter aujourd'hui?

Nous connaissons aujourd'hui une réévaluation de la prime de risque sur l'ensemble des classes d'actifs. Dans ce contexte, la classe des obligations corporates reste aujourd'hui à privilégier car elle présente un rapport rendement / risque favorable.

Olivier Berthier, gérant de Delubac Obligations

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Fin du Quantitative Easing : un mal pour un bien ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit