1. Impôts & fiscalité
  2. Impôt sur les transmissions
  3. Réforme de l'ISF : les parlementaires volent au secours des donations

Réforme de l'ISF : les parlementaires volent au secours des donations

31/05/2011 - 11:23 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Réforme de l'ISF : les parlementaires volent au secours des donations

Pour compenser l'allégement de l'ISF, le projet de réforme de la fiscalité du patrimoine alourdit les droits de succession et de donation. Une augmentation des droits à payer que les parlementaires remettent en question avant même d'avoir commencé l'examen du projet de loi qui doit avoir lieu mercredi 1er juin.

Pour ne pas aggraver le déficit public, ce que le gouvernement donne d'un côté, en allégeant l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), il le reprend de l'autre, en renforçant l'imposition des transmissions à titre gratuit. Si le projet de loi est adopté en l'état par le Parlement, la taxation des donations sera sérieusement renforcer.

Les réductions de taxes accordées en fonction de l'âge du donateur doivent être rétablies

Un alourdissement qui, selon nos confrères du Figaro, fait déjà des mécontents dans les rangs du pouvoir législatif. Le député centriste Charles de Courson souhaite que les réductions de taxes accordées en fonction de l'âge du donateur supprimées par le gouvernement soient rétablies. Actuellement, les donations consenties en pleine propriété (ou en usufruit) bénéficient d'une réduction de droits de 50 % lorsque le donateur a moins de 70 ans et de 30 % lorsqu'il est âgé de moins de 80 ans. Si la donation concerne uniquement la nue-propriété d'un bien, elle bénéficie d'une réduction de droits de 35 % lorsque le donateur est âgé de moins de 70 ans et de 10 % lorsqu'il a 70 ans révolus et moins de 80 ans. Hervé Mariton, UMP, consent seulement à réduire ces avantages mais pas à les abroger totalement. Moins exigeants, certains élus veulent uniquement que ces réductions de taxes soient préservées pour les transmissions d'entreprises.

La fiscalité avantageuse de l'assurance-vie à nouveau sur la sellette

En contrepartie, certains parlementaires, qui préfèrent sans doute rester anonymes tant la mesure est impopulaire, proposent de relever de 20 % à 25 % les droits de successions à régler sur l'assurance-vie dès lors que le seuil d'exonération de 152.500 euros par bénéficiaire est franchi. Le député PS, Jérôme Cahuzac va encore plus loin en voulant supprimer les avantages fiscaux de l'assurance-vie en matière de succession. Il se pourrait également que le législateur se penche sur le cas des dons manuels.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Réforme de l'ISF : les parlementaires volent au secours des donations" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Réduisez vos impôts jusqu'à 30 000 € dès cette année grâce aux FIP, FCPI et SCPI fiscales sélectionnés par nos experts.