1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Immobilier : les taux des crédit ont amorcé une baisse en septembre

Immobilier : les taux des crédit ont amorcé une baisse en septembre

04/10/2011 - 18:35 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Immobilier : les taux des crédit ont amorcé une baisse en septembre

Selon l'Observatoire du financement des marchés immobiliers résidentiels et l'institut de sondage CSA, les taux d'intérêts des prêts immobiliers aux particuliers ont légèrement baissé le mois dernier. Seul bémol, l'Observatoire relève une augmentation du coût par année de revenus des opérations immobilières financées par emprunt et s'inquiète d'une possible dégradation de la solvabilité des ménages due à la frilosité des banques.

Chaque mois, l'Observatoire Crédit Logement/CSA fait le point sur l'état du crédit immobilier en France, notamment sur l'évolution des taux accordés par les établissements bancaires Depuis le mois de juin, les taux sont restés quasiment stables et ont même reculé en septembre de 0,02 point. En septembre, les taux des prêts du secteur concurrentiel se sont ainsi établis à 3,89 % en moyenne contre 3,91 % le mois précédent.

Après s'être stabilisés cet été, les taux des crédits immobiliers opèrent un léger repli

Après une phase de hausse régulière de 0,1 point entre novembre 2010 et mars 2011, le rythme de hausse a connu un ralentissement au deuxième trimestre 2011 puis un arrêt. Si les emprunteurs ont vu les taux grimper de 0,7 point, les taux sont stables depuis juin et entame une phase de légère baisse. « Pour le 5e mois consécutif, les taux s'établissent donc à leur niveau de l'été 2006 lorsque le marché était en pleine expansion. » constate l'observatoire des taux.
Néanmoins, la part des emprunts accordés à un taux inférieur à 4 % s'est repliée passant de 51,4 % au 2e trimestre à 47, 6 % en septembre (95 % en 2010). A l'opposé le nombre de crédits alloués à un taux supérieure à 4,5 % continue de progresser pour atteindre 9,3 %.
Les taux fixes restent donc relativement intéressants pour les emprunteurs qui délaissent de ce fait les taux variables. « Il n'y a pas de nécessite de choisir ce type de formule » notent les auteur de l'étude.

Les durées d'emprunt se stabilisent à 212 mois de moyenne, soit un peu plus de 17 ans

La stabilité prévaut également en matière de durée d'emprunt. En septembre 2011, la durée moyenne des prêts s'est établie à 212 mois. « Après la remontée des durées constatée au début de l'année 2011, le 2ème trimestre avait bénéficié de leur stabilisation avec une durée moyenne de 215 mois. Depuis Juillet, la durée moyenne progresse en dents de scie, avec une tendance à une lente diminution » précise l'observatoire.

La dégradation de la solvabilité des emprunteurs passera t-elle par une réduction des durées d'emprunt acceptées par les banques ?

Toutefois, l'enquête relève un début de changement de tendance, la proportion des prêts de longue durée tend à diminuer. D'ailleurs, le professeur Michel Mouillart directeur de l'Observatoire Crédit Logement/CSA s'inquiète d'une possible inclinaison des banques à réduire la durée des prêts accordés vu le contexte financier et leur problème de liquidités. Si cette tendance venait à se confirmer elle engendrerait une dégradation de la solvabilité des ménages.
Solvabilité qui s'est stabilisée à haut niveau depuis deux mois après le pic constaté en juillet, mais la progression de l'apport personnel qui reste soutenue permet de compenser l'augmentation des prix et des taux de crédit constatée depuis novembre 2010.

Le coût relatif des emprunts poursuit sa progression

De son côté, le coût relatif des emprunts évolue en dent de scie, depuis novembre 2010, avec une tendance à la baisse qui paraît se dessiner depuis juin dernier (mouvement très souvent observé pendant les mois d'été).
Il s'est ainsi établi à 3.83 années de revenus en septembre 2011 à son niveau le plus bas depuis le début de l'année 2011. En fait, le coût des opérations poursuit sa progression sur un rythme soutenu (+4,6% sur un an depuis le début 2011, contre +5,8% en 2010), mais comme les revenus des emprunteurs augmentent maintenant plus vite qu'auparavant (+3,6 % sur un an depuis le début 2011 contre +0,3% en 2010), les tensions sur le coût relatif commencent à s'alléger.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



Gestion Conseillée : Faites-vous aider pour choisir vos SICAV et FCP

Profitez d'un conseiller dédié pour vous accompagner dans la gestion de votre portefeuille. Bénéficiez de conseils sur une large gamme de supports tout en restant le décisionnaire final. Offre accessible dès 25 000€*.

*A partir de 25 000€ d'avoirs financiers investis par l'intermédiaire de Sicavonline


A lire autour du sujet "Immobilier : les taux des crédit ont amorcé une baisse en septembre" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.